Voici un forum de rpg ou vous entrerez dans un monde fabuleux et mystérieux. Venez donc incarner un personnage qu'il soit ange, démons ou simple civil
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le bleu fade que l'on convainquit de devenir un arc-enc-ciel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
this is my name


Messages : 55
Date d'inscription : 09/08/2012
Localisation : à regarder un fan d'optic 2000
MessageSujet: Le bleu fade que l'on convainquit de devenir un arc-enc-ciel   Jeu 9 Aoû - 6:08

AZRAEL WIZHERLY

« Le ciel d'azur se teinte de rouge, avant d'être réduit en poussière. »

Prénom : Azrael, ancienne- ment Rose.
Nom : Wizherly.
Surnom : la Faucheuse Azu- rée, Flow, Az-chan.
Âge : 18 ans d'apparence, 622 en réalité.
Orientation sexuelle : hété- ro.
Rang : Impérial
Profession : princesse, assassine
Genre : démone.
Aime/déteste : aime s'en- trainer avec les soldats, tuer, chanter, jouer du piano, composer des morceaux . Elle déteste les scientifiques, être utilisée, tuer (paradoxal, mais l'his- toire explique cela).
Peurs/particularités : elle a peur de perdre à nouveau ses sentiments et ceux à qui elle tient.
____© Feat Miku Hatsune ♦ Vocaloid

• Your Story ♪
Little doll who wanted find her child
.
Un ange... Durant mon enfance, jusqu'à la fin de mon adolescence, on m'avait toujours qualifié ainsi. C'était un compliment qui aurait fait rougir n'importe quelle jeune fille, car, après tout, c'est bien connu, les anges sont incroyablement beaux, lumineux, etc, etc... J'aurai du m'en sentir flattée ? Je ne pense pas. Je ressemblais plutôt à un démon, avec mes longs cheveux noirs, mes yeux bleus, presque noirs, et l'expression sauvage que j'arborais perpétuellement. C'est assez paradoxal, vu que "sauvage" rime forcément avec "liberté" et, justement, la liberté je n'y avais jamais goutée. Étais-je une esclave, une enfant maltraitée ? Bien sur que non, quelle idée. Je n'avais juste jamais vu le monde, dans ma colonne de verre, entourée de peluches et de cadeaux. En somme, l'unique enfant d'un homme veuf... et riche à n'en plus pouvoir.
" Alors, pourquoi cet état d'esprit négatif ? " me direz vous. Rien de bien ardu à comprendre. J'étais un ange cloué au sol, estropié, incapable de déployer ses ailes. Autrement dit, depuis ma naissance, je n'avais jamais pu bouger mes jambes, ne serait-ce que pour faire un pas.

----------------------

- Tu aurais dû la voir, avec ses cheveux bleu et son "c'est ça, la mode !" On aurait dit qu'elle était tombé dans un pot de peinture, oui !
Une voix grave, aux intonations enfantines, des cheveux noirs ébouriffés et de grands yeux bleus . Une description qui suffisait à Jeffrey More, ce petit vantard impertinent, arrogant et passablement agaçant. Mon meilleur ami, tout simplement.
Je ne savais même plus quand je l'avais rencontré... Enfin, je ne voulais plus m'en souvenir. Ça m'aurait forcée à me rappeler les longues années durant lesquelles je n'avais jamais pu quitter ma chambre, à part pour aller me promener en douce dans un parc, avec Jeffrey, justement. J'avais toujours apprécié son regard, sans compassion, et les pics qu'ils me lançaient fréquemment, comme à toutes les autres personnes. J'étais la seule qui le supportait (à peu près), mais avais-je vraiment le choix ? Je me le coltinais toujours, ce qui n'était pas pour lui déplaire, semblait-il. Il me traitait en égale, je le traitais en gamin... De l'équité ? Pourquoi faire ?!
Bref, j'étais donc réduite à l'écouter bavarder, en tentant de cacher mon envie sous un masque mi-agacé, mi-blasé que j'avais mis plus d'une décennie à construire. S'il ne venait plus, je me serai retrouvée coincée avec des professeurs particuliers, sans personne à aimer, mon foutu père n'étant jamais là, préférant envoyer des cadeaux à sa fille par avion, plutôt que de s'occuper vraiment d'elle. Jeff, comme je l'appelais souvent, venait d'une famille de scientifiques renommés et, tout comme moi, il se sentait abandonné, remplacé par des éprouvettes et des dossiers.
- Hep ! Rose ! Tu m'écoutes, oui ?!
Je lui décochai un regard noir, tout en lui tirant la langue. Il savait pourtant que je détestais mon prénom, bien trop coquet à mon gout.
- Tsss... Ok, Flow.
Flow pour "flower". Il aimait m'appeler comme ça, ce qui me plaisait beaucoup. A part nous deux, personne ne savait ce que signifiait "Flow". C'était notre secret, à nous, rien qu'à nous. Comme nos excursions les parcs, que Jeff me proposait, lorsqu'il voyait un début de déprime pointer dans mes grands yeux bleus. Il n'avait jamais eut la prétention de me comprendre, mais il se rendait compte que je haïssais ma situation handicapée, que l'on autorisait ni à descendre dans les rues, ni à s'amuser avec d'autres enfants.
- Le monde est trop dangereux pour vous, mademoiselle ! que l'on me répétait sans cesse.
Quand Jeffrey avait entendu cela pour la millionième fois, alors que nous avions une douzaine d'années, il avait répondu avec dédain, ne pouvant plus supporter cette rengaine.
- Dangereux ?! Vous vous foutez de qui ?! Si vous ne voulez pas vous tapez une fille en fauteuil, vous n'avez qu'à le dire ! Vous ne pigez pas que Flow n'a jamais pu supporter vos conneries ?!
C'était vrai, il avait toujours eu raison sur tout. Tout ce qu'il disait avait toujours été véridique, que ce soit sur moi ou sur n'importe qui d'autre. Je crois que c'était ça qui, en premier lieu, m'avait permis de l'apprécier à sa juste valeur. Ce qui m'avait fait comprendre que cet énergumène était le seul être que j'aurais voulu ne pas perdre.
[HRP]Les fans de gray man se rappelleront ce cher Alma et ce "je sais" si déchirant et si beau qu'avait sorti Yu-chan. ;w;[/HRP]

----------------------

-Tu n'en as pas marre de devoir subir ça ?
Cette question m'avait fait hausser un sourcil, je m'en souviens encore. Sur le coup, je n'avais pas compris à quoi faisait allusion Jeff.
- ... Ça ?
- Oui, ça ! s'emporta-t-il en montrant mes jambes inertes.
Qu'est-ce qui pouvait bien prendre ? Il n'avait jamais dédaigné se moquer de ma condition, ce que je n'avais jamais mal pris, alors pourquoi, ce jour-ci, sortait-il ainsi de ses gonds ? Il venait à peine d'entrer dans ma chambre, essoufflé et encore plus ébouriffé qu'habituellement, et il se défoulait déjà, sans raison apparente.
- Ça fait dix huit ans qu'on se connait, Flow ! Et en dix huit ans, tu n'as jamais montré le désir de marcher ! Pourquoi ?! Tu peux tout demander, tout acheter ! Pourquoi pas ça ?!
- Euh... Par hasard, tu ne serais pas allé au bar avec tes potes du lycée ?
Il se figea, ouvrit la bouche avant de la refermer tout aussi rapidement et commença à tourner en rond dans ma chambre. Il fit plusieurs tours, s'arrêtant devant l'immense baie vitrée, dans laquelle j’aperçus ses grands yeux tristes.
- Si tu pouvais venir au lycée toi aussi, ce serait aussi tes potes.
Je ne pouvais pas en supporter plus. Le Jeffrey que je connaissais était quelqu'un de joyeux et de narquois, certainement pas un moucheron pleurnichard comme celui qui se tenait actuellement devant moi.
- T'as pas bientôt fini ta tirade ?! m'exclamai-je.
Il se retourna, pour, sans doute, me lancer un regard de chien battu, mais je ne lui en laissais pas le temps. Un coussin en pleine tête me suffit pour le remettre à sa place, mais j'étais bien décidée à lui faire comprendre qu'il m'exaspérait plus qu'il ne l'avait jamais fait.
- Je ne me souviens pas t'avoir déjà entendu déblatérer autant d'idioties à la chaine ! Alors, si tu en as assez de m'abrutir avec tes répliques pathétiques, tu pourras peut-être me dire où tu veux en venir avec tout ça ?!
Jeff ramassa le coussin qui était tombé par terre, le fixa quelques secondes et me le relança, sans aucune conviction. Il ne prit pas en compte mon air blasé quand j'interceptais le carré de tissu et s'assit à côté de moi, tout en continuant à fixer ses pieds. Je soupirai, impatiente.
- Vas-y, je t'écoute.
Il hésita quelques instants, avant de se décider à se lancer.
- J'ai rencontré un homme, qui m'a dit pouvoir te rendre l'usage de tes jambes. J'ai demandé à mon père, cet homme est un savant reconnu, surtout en matière de biologie. Il aurait découvert un actif qui permet de soigner les malades, quels qu'ils soient, ou un truc du genre.
- A... Attends deux minutes ! Cet homme... pourrait me permettre de marcher avec... un médicament ?!
- En gros, c'est ça... Alors, tu en penses quoi ?
Un abruti, voilà ce qu'il était. On me donnait la possibilité de me lever, d'avancer par moi-même, et il osait me poser une question aussi ridicule ?
- Alors ?
Je fixai son beau visage, si anxieux, plein d'espoir, qu'il avait enfin consentit à tourner vers moi. Je pourrai marcher à ses côtés, ce qui suffisait à me convaincre.
- Et comment s'appelle mon sauveur ?

----------------------

Magnifique. Écœurant. Détestable.
Tant d'adjectifs pour qualifier ce vermeil sanguinolent, qui avait tout recouvert. Je me souvenais de tout, du sourire du scientifique jusqu'à mes larmes, quand j'avais entraperçu le visage rayonnant de Jeff. Alors pourquoi ne savais-je pas pourquoi j'étais là, penchée sur un visage inanimé, qui se teintait peu à peu de rouge ?
"Je me souvenais de tout"... Vraiment ? Bien sur que oui, mais, au fond, je n'en avais pas envie. Pourquoi ça ? Trop dur, trop douloureux. J'en avais assez de souffrir, assez d'avoir mal pour satisfaire les désirs morbides d'un scientifique sadique. Je ne me souvenais plus de que m'avait fait cet homme. Ça ne m'intéressait pas. Ça ne m'intéressait plus. Il m'avait fait du mal, c'était une raison suffisante pour le haïr.
Mais ce rouge ? Cet écarlate si beau qu'il en devenait cynique, que faisait-il là ? Et qui était cet inconnu qui en était maculé ? Il me rappelait quelqu'un, mais qui ?! Je ne voyais quasiment plus rien de son visage, totalement recouvert d'un masque pourpre. Seule l'ébène de ses cheveux m'empêcha de me relever pour m'écarter du cadavre. Ses cheveux noirs, qui faisaient apparaitre un visage dans ma mémoire meurtrie. Paniquée, j'écartai les cheveux qui lui collaient au front et observai ses yeux. Marrons. Je soupirai de soulagement. La personne à laquelle je pensais n'était pas ce cadavre... Un cadavre ?! Je réalisai soudain l'évidence : l'homme devant moi était mort.
Je regardai mes mains tremblantes, tachées de sang. Je retins un haut le cœur et, en pur réflexe, me reculai pour observer la scène, espérant inconsciemment que tout disparaitrait ainsi, moi y compris. Ce mouvement m'envoya un mètre plus loin, ce qui était bien trop loin des quelques centimètres que j'avais visés Je regardai mes mains et pris conscience qu'elles n'avaient pas bougées. Je baissai les yeux et regardai mes jambes, suspicieuse et choquée. Je m'appuyai sur mes mains et tentai de me lever. j'avais à peine eut cette idée, que mes jambes, se pliaient et me donnaient un appui convenable. Je les regardai, stupéfaite, et m'appuyai sur une table qui était à mes côtés. Je fit rentrer mes ongles dans ce qui me semblait être un drap, lui aussi rouge. Je me retournai, m'assis dessus, et remarquai la baie vitrée qui me faisait face. Dans ses ténèbres, j'y vis mon visage s'y refléter. Rouge, lui aussi. J'écarquillai les yeux et, sans réfléchir, m'élançai jusqu'à la plaque de verre, pour me regarder de plus près. Je plaquai mas mains sur la surface lisse, y laissant des traces écarlates.
Mes yeux, mes cheveux. Ils avaient totalement changés. Mes cheveux d'un noir d'encre étaient devenus turquoises, des gouttes de sang y perlant par endroit. Mais mes yeux ! Mes yeux bleus qui avaient été la seule chose, le seul sujet sur lequel j'avais flanché face à Jeff.
- Sérieux, Flow, tes yeux sont magnifiques.
En repensant à Jeff, des larmes glissèrent sur mes joues, entrainant avec elles le sang qui maculait mes joues de poupée. Jeffrey More, ce petit idiot qui m'avait envoyé ici. J'aurais dû le détester comme Hanajima, mais je ne pouvais pas m'y résoudre. Il avait été mon point d'ancrage pendant si longtemps qu'il m'était impossible de l'exécrer. Impossible aussi d'oublier les trois petits mots qu'il m'avait glissé à l'oreille, avant l'opération.
- Tu ne veux pas oublier Jeffrey, c'est bien ça ?
Je tournai la tête, pour apercevoir une femme en blouse blanche, une blonde aux yeux bleus. Elle s'approcha de moi, ne daignant pas accorder un regard au corps étendu par terre, et prit mon visage entre ses deux mains, dont un des annulaires était serti d'une alliance, et me regarda droit dans les yeux.
- Dis moi, Rose... Tu ne voudrais pas me tuer ?


----------------------

"Tchac."
Je regardai la tête de cette femme rouler doucement sur le parquet lustré, comme je l'avait déjà fait tant de fois. Le sang se répandit doucement sur les planches de bois. Si répétitif. Si prévisible que ça en devenait déroutant.
Je ne savais plus quand j'avais commencé à tuer sans réfléchir. Sans raison, légitime ou non. Surement après que cette femme m'eut raconté la vérité. Avant que je la tue, elle aussi... Quand était-ce ? Je n'avais plus de notion de temps. J'aurai dit dans les cent ans, voir deux cent, je ne savais plus.
Je tuais selon mon humeur du moment... Non, c'est faux, totalement faux. Je n'avais plus, ni humeur, ni sentiments. Je n'en voulais plus. C'était trop humain, trop éloigné de ce que j'étais désormais. Ça ressemblait trop à ceux que je tuais, même s'il ne s'agissait pas de leur nature. J'avais remarqué ça : avant de mourir, humains, anges et démons ont tous les yeux qui brillent du même éclat. Un éclat terrifié, suppliant. Il n'y avait qu'une personne qui ne m'avait pas regardé ainsi. Ma deuxième victime, la première dont j'ai le souvenir : cette scientifique qui m'avait demandé de la tuer, il y avait de ça une éternité. Comment aurait-elle pu me regarder avec supplication, après tout ? Pour elle, je ne devais être qu'un énième sujet de recherche mais, d'après ce qu'elle m'avait dit, j'étais son chef d’œuvre, l'apogée de sa carrière, car, toujours d'après cette femme, elle n'aurait jamais été capable de créer un être qui me surclasses en terme d'âme et de résonance trygono... quelque chose. Mais, pour moi, je restais un raté. Un ange qui avait muté en démon à cause d'une incompatibilité génétique.
Foutu hasard. Foutus scientifiques. Foutue moi-même.

----------------------

- Quel est ton nom ?
- Je n'en ai plus depuis bien longtemps.
Je dévisageai l'homme qui se tenait devant moi, sur ce que je supposais être un trône. Il me reluquais sans vergogne, ce qui était réciproque. Je devais avoir l'air bien misérable dans ma tenue moulante noire, déchirée par endroit, face à lui, vêtu comme un prince. Rien de bien étonnant, vu qu'il était proche de ce statut, il lui était même supérieur. J'étais face au roi des démons, Shiroi Souji.
N'importe qui se serait contenté de faire profil bas face à lui, mais pas moi. Je n'avais rien à perdre, il devait l'avoir compris, vu ce qui m'amenait dans son palais.
- Donc, je vais tacher de résumer... Une démone anonyme s'est infiltrée dans les quartiers est, à créer une bagarre de rue en empêchant un démon de malmener une enfant humaine qui s'était infiltré pour voler de la nourriture, ce qui a forcé vingt-six de mes soldats d'élites, dont le bras droit d'un général à intervenir. Douze de mes citoyens et tous les soldats, sans exception, se sont fait tué par la jeune démone ici présente... J'avoue que je cela me laisse quelque peu perplexe.
J'avais sauvé une enfant humaine... Ah bon ?! Je pensais juste que l'homme qui la frappait avait une tête immonde, rien de plus. Et j'avais tué trente-huit personnes ? Je m'étais arrêtée de compter à la dizaine, alors bon, si ce roi le disait, j'étais disposée à le croire sur parole.
- Te rends-tu compte de la gravité de ce que tu as fait ?
- ... Pas vraiment, non. Cela fait un bout de temps que je ne prêtes plus attention aux complaintes des êtres vivants, morts ou vifs. Alors vous imaginez bien que le respect de l'ordre, les lois et compagnie, ça me passe littéralement au dessus de la tête.
Il me contempla avec détachement, avant de se lever et de commencer à avancer vers moi.
- J'aurais emprisonné n'importe qui d'autre à vie pour avoir commis un tel crime, mais, toi, ma chère petite, tu m'intrigues au plus au point. Je ne lis dans tes yeux ni compassion, ni sadisme, ni regrets, ni espoirs. Autant de contradictions qu'il en devient difficile de te regarder dans les yeux sans y être englouti.
- Ça ressemblerait presque à un compliment.
Il n'y avait aucune ironie dans mes mots. A quoi bon chercher à jouer à la plus maligne avec cet homme ? Tout de même, ces mots me dérangeaient. Il semblait plus intéressé par mon cas qu'impatient de me faire disparaitre dans un cachot obscur. Son regard ressemblait à celui des scientifiques qui m'avaient transformée, ce qui était une raison suffisante pour le détester. Rien de puéril dans mon comportement. Juste un semblant de sentiments qui se ravivait.
Le roi était à mon niveau, quand il reprit la parole, tout en caressant ma joue de sa main chaude.
- Que dirais-tu de devenir ma protégée ? Tu as des capacité incroyables, vu ton exploit d'aujourd'hui, et l'odeur de sang qui t'imprègne depuis bien des années, d'après ce j'en pense.
Je restais interdite, préférant un silence dubitatif à des paroles sans fondements ni poids. J'apprendrai plus tard qu'il s'agissait là d'une des plus sages décisions de ma longue existence. A cet instant, je ne pouvais pas lutter face à ce monarque qui, avouons-le, était absolu, tout comme aujourd'hui encore.
- Ton silence signifie surement que tu acceptes ma proposition.
Sa main s'arrêta au niveau de ma tempe, comme s'il voulait étudier mon cerveau, ma façon de fonctionner, de penser. Il prit ses distances, reculant de quelques pas, un sourire séducteur sur le visage.
- Mais d'abord, je voudrais voir ce dont tu es capable. De mes propres yeux, pas dans un rapport.
Son sourire se fit carnassier, impatient.
- En garde, belle anonyme. Si tu veux entrer dans mes bonnes grâces, il va falloir me prouver ta valeur en perso...
La faux noire qui s'abattit sur lui en moins d'une seconde ne lui laissa pas le temps de finir sa phrase, trop longue à mon gout.
Ce fut alors à moi de sourire.

----------------------

- Hime !!! Bon sang, attendez !
Tsss, quel boulet ce soldat. Dire que le jour précédant, j'étais à peu près tranquille, à courser un humain rebelle dans un quartier louche et voilà que je me retrouvais flanquée d'un "larbin" à qui l'on avait assigné une mission stupide : me surveiller. Comme si cela avait une utilité quelconque... Ça faisait presque un siècle que j'habitais au palais et autant dire que ces cent ans furent largement suffisants pour que je devienne une des démones les plus redoutées par les troupes (et le peuple !) de Shiroi. Oui, je parle bien du roi, de ce démon que tous redoutent. Avec raison.
Si je pouvais me permettre de l'appeler par son prénom, c'était uniquement car j'avais une sorte "d'autorisation". Une autorisation princière. Oui, oui, vous avez bien compris. La malotrue insensible était devenue une princesse démone. Ce fut... inattendu. Mes pouvoirs sur-développés, pour une inculte telle que moi, et mes capacités physiques n'avaient pas déçus les espoirs de ce trèèèès cher seigneur qu'était Shiroi. Seize ans d'apprentissage avaient été suffisants pour que j'acquière les capacités et les connaissances requises pour non-seulement prétendre au titre de Chasseuse, mais aussi à celui de princesse, une place de choix que m'avais réservée mon nouveau roi. Quelques missions plus tard, les soldats m'avaient acceptée en leur sein, tout comme mes camarades Chasseurs.
- Hime !! Arrêtez-vous ! ... Merde !
Je stoppais ma course et me retournais, accordant un peu de répit à mon chaperon attitré, qui tenait tant bien que mal un vase rempli de fleurs en équilibre, pour l'empêcher d'être réduit en mille morceaux.
Je revins vers lui en courant, le délestant de son fardeau, que je reposais sur la table en marbre dont il était tombé. Lorsque je relevai les yeux, je croisa le regard furibond de mon poursuivant. Un regard rouge sang. Flamboyant et passionné. [HRP]Aucun sous-entendus dans ces mots, croyez moi xD[/HRP]
- Pourquoi tu fais cette tête, Ren-chan ?
Ma question le laissa ébahi.
- Pou... Pourquoi ?! Ça fait presque un quart d'heure que je vous court après ! Je suis censé vous escorter, pas vous poursuivre comme un vulgaire chat brun après une souris bleue !
Et il m'insultait en plus !
- Et ne m'appelez plus Ren-chan.
- Tu devrais être habitué depuis le temps.
C'était vrai. Cela faisait presque trois mois que ma protection lui était confiée dès que je rentrais de mission. Le problème, c'était que j'avais toujours détester les soldats pots de colle, que cela fasse partie de leurs ordres ou non. Donc... depuis trois mois, Ren me courrait après. Inlassablement. A croire que sa vie en dépendait. Connaissant son supérieur, ça devait être le cas. Ayame Sotetsu ne m'avait jamais semblé particulièrement tendre avec les lâches, que leur mission soit de protéger le peuple ou bien une agaçante donzelle bleutée de mon calibre. Je devais d'ailleurs l'exténuer lui aussi, à martyriser son pauvre subordonné, qui était loin de courir assez vite pour me rattraper.
J'avais d'ailleurs parfois la désagréable impression de donner dans le sadisme, à force de semer le pauvre Ren. Je les aimais bien pourtant, lui et son sourire victorieux lorsque je finissais par craquer et par l'attendre au détour d'un couloir. Je crois d'ailleurs que c'est en le côtoyant que j'ai fini par éprouver à nouveau des sentiments. Joie, colère, agacement, espoir... Reconnaissance.
Il n'en aura probablement jamais conscience, mais Ren-chan m'a sauvée, et, qu'il le veuille ou non, je pourrai encore passer de longs siècles à le regarder me courir après, m'entrainant de plus en plus surement dans la lumière, une lumière que j'avais cherchée à éviter, sans me rendre compte que j'en était emplie tout entière.

----------------------


- Je suis heureux que tu ai pu nous honorer de ta présence, ma Faucheuse.
Je ne me souvenais pas être devenue SA faucheuse. Shiroi était vraiment possessif, ce qui m'exaspérait au plus au point et cela continue encore aujourd'hui. Peut-être se sentait-il un droit de possession, vu que c'était lui qui m'avait donné mon surnom. Un surnom qui m'allait à merveile : la Faucheuse Azurée. Une chose était sure, mon roi ne s'était pas torturé l'esprit. "C'est suffisamment classe pour venir de moi. Adopté !" Je le voyais bien dire ça, ce qui n'étonnera personne.
- Il y a ici quelqu'un qui m'assure te connaitre depuis ton enfance. Enfin, l'enfance d'une certaine Rose.
Je penchais la tête sur le côté et fronçait les sourcils, retenant le "Késako ?" ironique qui me brulait les lèvres.
- Et nous savons tous que Rose a céder sa place à Azrael Wizherly depuis bientôt un demi siècle. Et ceux te connaissant en temps qu'humaine sont tous morts depuis bien longtemps.
Vrai. Un nom tout en finesse, qui venait, lui aussi, de mon supérieur direct. Tout le palais avait été mis au courant de mon ancienne identité, dont je ne voulais plus, vous devez vous en doutez. Shiroi n'avait pas pris le temps de réfléchir et s'était affairer à me trouver un nouveau nom qui, bien entendu devait être à la hauteur de mon prestige... ou plutôt du sien.
J'entendis un éclat de rire provenant du siège qui ne m'offrait que la vision d'un dossier.
- Alors comme ça Rose est morte ? Hum, je vois... Et qu'en est-il de Flow ?
- Pardon ?!
L'assurance (et l'affection ?) avec laquelle il avait prononcé ce nom était perturbante, d'autant plus que le timbre de cette voix malicieuse. Je restais clouée sur place, déstabilisée. Je vis un homme s'extraire du fauteuil de velours rouge et se tourner vers moi, un grand sourire illuminant son visage, déjà très beau. Au fur et à mesure que je le regardais, mes yeux s'agrandir.
- Ça y est ? C'est monté au cerveau ?
- Tu te fous de moi ?!
Je me rendait à peine compte de ce que je voyais. Le temps avait effacé les souvenirs de son visage, ne laissant qu'un grossier portrait. Grossier... c'est le mot et il paraissait d'autant plus approprié en voyant le beau visage, orné de magnifique yeux bleus indigo et de cheveux de la même couleur. Étrange... mes souvenirs avait beau être flous, je me souvenais de cheveux noirs et d'yeux bien plus clairs. D'un visage plus enfantin, aussi. Plus jeune. Malgré tout, les larmes me montèrent aux yeux.
- C'est pas possible... Ça fait 350 ans.
- Et tu as compté en plus ? Mais dis-moi, c'est le temps qui fait bleuir tes cheveux ou tu te les a teintés ?
Je m'élançai, dégainant un poignard, que je figeai à quelques millimètres de son menton.
- Qui es tu ?
Un moment d'hésitation. Ou de contemplation, qui sait.
- Ça me fait plaisir de voir que tu peux marcher. Mais par contre, c'est pas géant que tu saches utiliser un poignard. Pour moi, je veux dire.
Mon arme faisant à présent couler une goutte de sang. Mes mains tremblaient, ne demandant qu'à égorger ce pauvre fou.
- Au fait, au as fini ta chanson ?
Une question, une seule, d'apparence futile, mais qui suffit à me faire lâcher ma lame, qui cliqueta sur le marbre au sol. Jeff avait toujours était le seul à savoir que j'écrivais des morceaux de musique. Auparavant, cela m’embarrassait beaucoup, d'autant plus qu'il s'agissait de ma passion. Une passion inavouée. les larmes se mirent à couler. Je crois qu'il me caressa la joue. Qu'il me prit dans ses bras.
- Tu m'as manquée, Flow.

----------------------

- Je peux savoir pourquoi vous faites toujours autant de bordel quand vous vous retrouvez dans la même pièce ?!
- Qu'est-ce que tu veux y faire. Cette fille est une vraie gamine !
- Eh ! C'est qui qui a triché lors de notre duel, espèce d'ordure ?!
Je lançai un regard noir à Jeff, qui ne put s’empêcher de répliquer.
- A la guerre comme à la guerre. Ah, mais j'oubliais, les Chasseurs ne vont jamais au front, tu n'y connait donc rien, petite.
il allait crever, cet enfoiré. Il avait beau être le bras droit d'un général, je ne me souvenais pas qu'on lui ait donné un titre royal.
- De quel droit tu oses me parler de cette façon, pauvre larbin ?
Ren Miyabe, qui tentait de nous séparer, tressaillit en entendant ma remarque désobligeante. Il occupait le même poste que Jeff, je l'insultais donc indirectement.
- J'essaye de calmer le jeu et vous en rajoutez ? Le prochain qui va vous frapper, ce sera moi, Ojou !
Il avait changé de titre, le Hime étant désormais réservé à une jeune humaine au service du roi. Par contre moi...
- Va d'abord réserver un aller simple pour le cimetière, tu veux bien, Ren-chan ?
- C'est une menace ?
- Un conseil.
Je redirigeai mon attention vers Jeff, tordu de rire.
- Mais c'est qu'elle sait se faire respecter, la petite princesse.
Bam ! Strike. KO. H-S. Game Over. Échec et mat. ♪ Je tirai la langue à la loque bleue étendue sur le sol.
- De la part de la petite.
J'adressais un signe de main à Ren, visiblement tiraillé entre l'envie de rire aux éclats et celle de défendre l'honneur de son collègue.
- Si quelqu'un me cherche, je suis dans ma chambre.
Ma "chambre" était en fait une suite. J'avais réussi à la soustraire à la folie créatrice de Shiroi et, donc, à conserver les murs blancs et le mobilier épuré, qui tirait parfois sur le bleu. Bleu comme le ciel. Bleu comme le piano que j'avais exigé. Jeff s'en moquait souvent, de mon attachement à ce qu'il s'était remis à qualifier de bout de bois bruyant. Mais de nombreuses fois, je l'avais vu m'écouter jouer, dans un recueillement à la limite du religieux, ce qui était le comble pour un démon de sa trempe. Cela faisait désormais 601 que j'avais été transformée, 599 pour lui. malgré tout, notre relation n'avait pas changé plus qu'auparavant, même s'il régnait un léger malaise entre nous.
cet idiot ne voulait pas me dire ce qui s'était passé pendant nos trois siècles de séparation. La seule que je savais était que Jeff était devenu un démon alors qu'il avait vingt ans... J'avais dû le harceler pendant plusieurs jours pour obtenir ce qui n'était rien d'autre qu'une ridicule anecdote.
Lui, par contre, savait tout de moi. Enfin, tout, c'est beaucoup dire. Il savait ce que tout le palais savait : que j'étais une tueuse née et compagnie. Pas que j'avais perdu mes sentiments ou que j'étais une psychopathe quand j'étais arrivée devant son nouveau roi.
J'avais la désagréable impression que Jeff et moi, nous nous vampirisions mutuellement, poussant l'autre à bout à tel point qu'il m'était devenu difficile de savoir si nous étions toujours vraiment des amis.
Mais qu'importe. Nous avions changé, il fallait l'accepter et puis, même si ces secrets le dévorent, je resterais à ses côtés.
Aux côté de Jeffrey More, ce petit vantard impertinent, arrogant et passablement agaçant. De mon meilleur ami, tout simplement.



• Your Body ♪
the emerald eyes have seen the frog
.
La faucheuse Azurée... Un surnom quelque peu barbare pour la frêle et jolie jeune fille qu'est Azrael. Enfin, dire que la demoiselle est jolie est un euphémisme flagrant. Elle est belle, tout simplement. De ses cheveux bleus , courant jusqu'à ses genoux, en passant par ses courbes harmonieuses, bien qu'adapté à sa taille, assez petite, jusqu'à ses jambes fines. Elle a un visage de poupée, finement ciselé, comme si il était fait de porcelaine, fragile.
ce qui est totalement faux. Quitte à la comparer à une matière, l'acier serait plus adapté. Des années d'entrainement, laborieux ou non, et ses capacités innées ont forgé un corps à la hauteur de la réputation de celle que le roi surnomme parfois Az-chan. Nombreux sont ceux qui ont crû avoir à faire à une enfant... Et qui se sont retrouvés le nez en sang.
Toutes les humains qui la croisent hésitent entre les termes démons et ange, ce qui est assez fréquent, au vu de leur beautés respectives. Les yeux de la princesse, par exemple, sont sujet à controverse. Certains venoit dans les iris d'émeraude une soif de sang inassouvie et, pour d'autre, des larmes refoulées. Une hésitation qui se lit aussi dans sa manière de s'habiller, qui peut aller d'une tenue noire moulante, principalement réservée à ses missions, à une robe blanche épurée. Toutes ces tenues ont pour seul point commun de mettre les yeux et les cheveux de la démone en valeur.
Même si elle essaye de le montrer à personne, elle se préoccupe de son apparence, ce qui peut paraitre étrange, vu son "travail". Plusieurs personnes soupçonnent le roi démon d'être à l'origine de cet intérêt plus qu'étrange pour une Chasseuse de son calibre. Maquillage et coiffure. C'est étonnant. Mais nous savons tous que notre bon Empereur est un spécialiste des machinations.



• Your Mind ♪
She's singing in the rain, to follow the sun
.
Les enfants ont toujours cette étincelle d'innocence dans leur regard, fuyant la réalité. Azrael a longtemps crû que cette période de la vie n'était que faiblesse. Elle ne croyait plus en personne, préférant s'enfermer dans une ignorance qui l'apaisait et l'éloignait du monde qui l'entourait. S'enfonçant dans la faiblesse qu'elle détester.
Toutefois, après quelques années passées aux côtés de ses confrères les démons, celle qu'elle était autrefois a commencé à ressurgir. Une jeune femme souriante, assez brutale, qui sait écouter, sans toutefois supporter le pathétisme.
Ce qu'elle aime chez les soldats, c'est qu'ils ne se plaignent jamais, ou presque. Et c'est tant mieux. Leur compagnie est relaxante. Celle de Jeffrey More, surtout. Avec lui, la princesse se montre légèrement sadique, n'ayant pas peur de le mettre à terre sans raison apparente. Ce qui est réciproque. Cette relation assez ambiguë ne sert qu'à révéler un autre aspect de la personnalité : une enfant capricieuse. Elle a tendance à s'énerver facilement, même si, la plupart du temps, elle se contente de le cacher derrière un regard dédaigneux ou un sourire bienveillant. Si les gens l'apprécient, c'est en partie à cause de son côté humble, mis à part avec le soldat More (oui, encore lui). Les "Hime-sama" l'exaspèrent au plus au point. Veuillez donc vous limiter au "Hime", le "Ojou" étant réservé à Ren Miyabe.
Autre avertissement : ne l'interrompez alors qu'elle est, soit en train de manger, de chanter ou de jouer un morceau de piano. Elle serait capable de vous faire passer un ou deux jours monstrueux. Son léger penchant pour le sadisme, surement.
Mis à part cela, la Faucheuse est quelqu'un d'attentif, d'ouvert d'esprit, mais qui le cache la plupart du temps. Elle a une sale habitude, celle de "s'enfuir" dès qu'elle croise l'empereur, qui est si aimable avec elle que c'en est "franchement flippant", comme dirait la principale intéressée. Mais, vu qu'il est son unique supérieur, elle ne désobéit jamais à ses ordres, ce qui ne semble pas étonner le supérieur en question.
Même si elle parait s'intéresser à toutes les personnes (même si elle leur mets de nombreux coups), ce n'est que pour détourner l'attention d'elle même, cherchant, en vain, à devenir inintéressante. Malheureusement, le contraire a tendance à se produire. Beaucoup de démons trouvent qu'elle aurait ressemble plus à un ange qu'à une de leur congénère. Et entre, nous, c'est plus que normal. A l'origine, elle était sensée devenir un ange.
A croire que Dieu ne voulait pas qu'elle fasse partie de ces créatures lumineuses. Il voulait qu'elle sombre dans les ténèbres. Comme une étoile qui ne peut révéler son éclat que dans la nuit la plus noire.
[/size][/size]



• Who are you ?
"Ceci est un hold up avec une batte et une seringue"
.

Pseudo : Portgas. D. Noise, Nozoki, Liz, ... come back de la SM/boulet xD
Age : 14 pommes >compote's addict
Loisir : de la natation, de la lecture, du badminton, des rp, un peu de graph et des batailles d'eau <3 trouvez l'intrus
Manga préféré(s) : PH, Mirai Nikki, Guilty Crown, Deadman, Gray Man, Drrr !, Arcana Famiglia...
Comment avez-vous connu le forum : le partenariat avec PHR.
Aimez-vous le thème du forum ? : je love le contexte, tout comme le thème ^^ *toute personne connaissant Alisteir répondra ainsi* ex-persécutée.
Dernier mot ? : Eles, je n'ai pas copié ton ancien ava ! J'ai flashé sur l'image, c'est tout >3>


Dernière édition par Azrael Wizherly le Ven 7 Sep - 18:25, édité 28 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
this is my name


Messages : 136
Date d'inscription : 18/04/2012
Localisation : Au Palais ~
MessageSujet: Re: Le bleu fade que l'on convainquit de devenir un arc-enc-ciel   Ven 10 Aoû - 19:00

Bienvenuuuuuuuuue ! Une nouvelle princesse démone, tu es ma soeuuuuuur ! *^* *pan*
J'essayerai de ne pas trop te persécuter. 8DD *pan*

Bonne Continuation pour ta fiche. *^*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
this is my name


Messages : 55
Date d'inscription : 09/08/2012
Localisation : à regarder un fan d'optic 2000
MessageSujet: Re: Le bleu fade que l'on convainquit de devenir un arc-enc-ciel   Ven 10 Aoû - 20:58

Kana-nee ! *W*-SHOOT-
Ahem ! Merci beaucoup pour ton accueil. <3 Pourquoi je me fais menacer ?! ê_é
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
•Useless, loveless Akuma•
avatar
this is my name


Messages : 558
Date d'inscription : 25/02/2012
Age : 21
Localisation : Qui sait?
MessageSujet: Re: Le bleu fade que l'on convainquit de devenir un arc-enc-ciel   Ven 10 Aoû - 23:30

Héhé bienvenue! :3 Je sais qui tu es sur PHR 8D //PIGEON//
Bref, tu te fais pas menacer, c'est juste une certaine façon de dire bonjour XD *meurt*
Bonne continuation pour ta fiche!

_________________
"The only thing I was looking for was the silence. The silence provided by death, or a place where I would had been able to go into hiding in..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
this is my name


Messages : 417
Date d'inscription : 01/05/2012
Age : 19
MessageSujet: Re: Le bleu fade que l'on convainquit de devenir un arc-enc-ciel   Sam 11 Aoû - 0:14

Bienvenue ! Bonnes continuations pour ta fiche ! ^___^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://matteruwa.skyrock.com/
avatar
this is my name


Messages : 55
Date d'inscription : 09/08/2012
Localisation : à regarder un fan d'optic 2000
MessageSujet: Re: Le bleu fade que l'on convainquit de devenir un arc-enc-ciel   Sam 11 Aoû - 4:01

Merki beaucoup à vous deux. =) Mon lapinou cachotier préféré ! o/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
this is my name


Messages : 55
Date d'inscription : 09/08/2012
Localisation : à regarder un fan d'optic 2000
MessageSujet: Re: Le bleu fade que l'on convainquit de devenir un arc-enc-ciel   Mar 4 Sep - 17:25

Up pour signaler que j'ai fini ma prez.
Bon... L'histoire sent le réchauffé. J'ai tout exploré ces derniers temps, de la schyzo à l'avocate, alors je suis revenue sur mes bases. J'espère quand même que ça vous plaira <3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
this is my name


Messages : 136
Date d'inscription : 18/04/2012
Localisation : Au Palais ~
MessageSujet: Re: Le bleu fade que l'on convainquit de devenir un arc-enc-ciel   Ven 7 Sep - 2:36

    Kana', le retouuuuur ~ //SBAMM//
    Donc, je te valide ta fiche et rajoute ta couleur. Ta fiche a été très agréable à lire. :3
    Enfin, je te valide si Yuuki et les membres du Staff n'y voient rien d’inconvénient.
    ( Normalement non, donc je te valide quand même. 8D *pan* )

    Tu peux donc commencer à Rp et bonne continuation sur Kureiji Sekai ~ :3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé,
this is my name


MessageSujet: Re: Le bleu fade que l'on convainquit de devenir un arc-enc-ciel   

Revenir en haut Aller en bas
 

Le bleu fade que l'on convainquit de devenir un arc-enc-ciel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Le "Carré Bleu"
» [Orks] Des orks tous bleu. Waaaght! Du Big Boss l'min bleu.
» Les rouge vs les bleu :Un jeune est assassiné à Montréal.
» SPA l'étang bleu
» Bleu présentation[Mise à jour]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kureiji Sekai Rpg :: First step ♪ :: Présentation ♪ :: Présentations validées :: Démons (Akuma)-