Voici un forum de rpg ou vous entrerez dans un monde fabuleux et mystérieux. Venez donc incarner un personnage qu'il soit ange, démons ou simple civil
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Entrée chez les loups...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Street fighteuse~
avatar
this is my name


Messages : 15
Date d'inscription : 11/07/2012
Localisation : Ça te regarde?
MessageSujet: Entrée chez les loups...   Lun 31 Déc - 20:19

Désolée pour le retard! ><' J'avais fini par oublier... //PANDA//

Le vent soufflait fort sur le territoire des Akumas en cette nuit étouffante d'été. La pleine lune argentée éclairait parfaitement le paysage ce qui, pour les Chasseurs, devait sûrement être bien pratique.
Etsuko soupira. Ce n'était vraiment pas son jour. D'abord elle ratait une mission des plus importantes -et bien évidemment, certains en avait profité pour l'enfoncer encore plus...- et voilà que maintenant, elle se retrouvait suspendue à 200 mètres du sol, juste au-dessus de gardes en pleine patrouille. En plus, avec cette luminosité, il suffisait que l'un deux lève la tête au mauvais moment pour l’apercevoir et donner l'alerte.
La jeune femme frissonna en pensant à cette éventualité. Si jamais elle se faisait prendre, elle passerait une sale quart-d'heure... Une humaine, Rebelle de surcroît, qui avait le malheur de s'introduire sur le territoire démoniaque finissait soit en esclave, soit en petit tas de chair bien écrasé. Autant dire qu'aucune des deux solutions n'enchantait vraiment la jeune casse-cou.
Enfin... malgré sa trouille monstre de se faire voir, il fallait qu'elle bouge -elle n'allait tout de même pas rester 50 ans pendue à un fil, lui-même accroché à l'une des nombreuses fenêtres du château de Shiroi Souji, l'empereur des Akumas. Et là vous vous dites "Mais bordel, pour est-ce que cette abrutie s'amuse à faire de l'escalade sur le palais royal des Démons?!", pas vrai? Hé bien, à part le fait qu'Etsuko soit probablement suicidaire, elle était venue dérober les plans d'une base militaire que les Akumas prévoyaient apparemment de construire près de l'ancienne Usine à Memory City. Les chefs Rebelles l'avaient envoyée pour qu'elle puisse se racheter après l'échec cuisant de sa mission précédente. Evidemment, ils n'avaient pas prévu qu'il y aurait autant de gardes pour prévenir la sécurité de l'empereur et du palais...

La jeune Rebelle se mit à pester silencieusement. Non mais franchement! Que fichaient les services d'espionnage et de renseignement? Parce que c'était pas pour être pessimiste mais là, elle était UN PEU dans la mouise et tout ça à cause de pauvres crétins incapables de faire leur travail correctement. Si elle rentrait vivante, certains passeraient un petit moment désagréable en sa compagnie...
Mais ce n'était pas le moment de penser à ça.
Etsuko inspira et, tirant sur ses bras endoloris, entreprit de grimper jusqu'à la fenêtre à laquelle elle avait miraculeusement réussi à accrocher sa corde quelques heures plus tôt.
Après quelques longues minutes de grimpette, la jeune femme atteignit l'immense ouverture et en brisa la vitre rapidement. Elle ne craignait pas de tomber sur qui que ce soit puisqu'ayant étudié en détail la structure du palais, elle savait que cette fenêtre donnait sur un vieux cellier abandonné. C'est donc confiante que la brunette s'engouffra dans la pièce. Elle se sentit immédiatement mieux, désormais à l'abri des gardes, et entreprit donc de se changer: il fallait qu'elle passe inaperçue et pour cela, le meilleur moyen était de se faire passer pour l'une des nombreuses servantes humaines du château.

Une fois déguisée, Etsuko sortit discrètement de la pièce. La mission commençait maintenant.
D'après les ordres, elle devait commencer par fouiller l'aile réservée à la famille royale. La Rebelle se frappa le front, un rictus furieux sur le visage.

"]Il veulent vraiment que je crève ou quoi?!"

Ses supérieurs avaient vraiment une dent contre elle apparemment... Parce que s'introduire chez la famille royale voulait dire qu'il y avait une très forte probabilité pour qu'elle tombe sur les princesses ou -pire encore!- sur Shiroi.
Mais elle se devait d'obéir cette fois, si elle ne voulait pas être exclue par le chef des Rebelles. C'est donc fulminante et, il faut bien l'avouer, complètement terrifiée que la jeune femme se dirigea vers l'aile droite de l'immense bâtisse.
Elle y arriva rapidement et fut surprise de ne croiser qu'un nombre très réduit de domestiques. Il semblait que les membres de la famille royale choisissaient leurs servantes avec beaucoup de soin... Ce qui devenait encore plus dangereux. Car si elle tombait par malchance sur l'un des puissants Démons, elle risquait de se faire démasquer en moins de temps qu'il n'en fallait pour le dire. M'enfin... plus le temps de penser à ça. Il était désormais temps de se jeter dans la tanière des loup...

Prenant son courage à deux mains, Etsuko pénétra dans un pièce fermée par une grande porte en bois précieux. Décidément, les Akumas étaient bien confiants pour laisser leurs portes ouvertes de la sortes...
La jeune fille se dirigea sans perdre de temps vers le bureau sculpté. Elle aurait voulu visiter un peu la chambre mais ça aurait été beaucoup trop dangereux. Dommage parce qu'elle était sure de trouver plein de choses très intéressantes...
"Bien... Voyons voir...
Elle chercha pendant au moins deux heures. Tous les recoins y passèrent: les tiroirs et leurs les doubles fonds -où elle découvrit des tas d'armes qui lui donnèrent des sueurs froides...-, les armoires, le lit, les murs enfin bref, tous les endroits possibles et inimaginables. Cependant, la jeune femme fut déçue: aucun document en vue.
Etsuko poussa un long soupir. Elle n'avait plus qu'à aller chercher ailleurs...
Elle allait donc sortir de la chambre lorsque la porte s'ouvrit. La Rebelle sursauta et attrapa son balais pour donner l'illusion d'être une simple servante en plein ménage. Elle baissa la tête tandis que la personne entrait dans la pièce.
Soudain, les bruits de pas s'arrêtèrent. Apparemment, l'inconnu l'avait remarquée.
Tendue, Etsuko releva légèrement la tête et écarquilla les yeux de peur avant de s'incliner rapidement devant la nouvelle venue. Ces cheveux bleus... La Rebelle se trouvait devant l'une des princesses des Démons: La Faucheuse Azurée, Azrael Whizerly.
La jeune femme sentit son sang se glacer mais n'en montra rien et se redressa, la tête toujours baissée.
"Pardonnez-moi... Princesse..." murmura-t-elle, les mots lui restants à-demi coincé dans la gorge.
Réprimant un rictus de peur et de dégoût, Etsuko commença à reculer. C'était stupide puisque de cette façon, la princesse allait surement comprendre qu'elle n'était pas une servante, mais la jeune Rebelle avait du mal à se contrôler. Après tout, elle se trouvait quand même devant l'une des plus redoutables Chasseuses et quoiqu'on en dise, c'était quand même très flippant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
this is my name


Messages : 55
Date d'inscription : 09/08/2012
Localisation : à regarder un fan d'optic 2000
MessageSujet: Re: Entrée chez les loups...   Mer 2 Jan - 0:59

Entrée chez les loups
Il faudrait apprendre à frapper ♥


Aïe. Ça fait mal. Ma têêêêête !
Voilà ce qui arrive à force de s'entrainer ! On s'évertue à cogner dans tout ce qui bouge. Et on gagne. Sauf que là, maintenant que la séance est finie, je suis au mur. Littéralement. A cause d'un stupide, ridicule et pathétique... poteau. J'ai quitté la salle où se trouvent tout le matériel nécessaire pour se tuer à la tache il y a seulement quelques minutes -après avoir pris une douche, bien sur- et je suis déjà toute courbaturée. Un vrai massacre. Heureusement, à cette heure, il n'y a plus personne dans cette aile du palais. Tant mieux. Je n'imagine pas la réputation que je gagnerai si quelqu'un me voyait ainsi.
    " Oh, une serpillère ! Ah mais... Azrael ?! "

Enfin, pour le moment, je crois que je ne ressemble pas trop à un paillasson, vu que j'ai encore le front collé à un pilier. Je marchais tranquillement, en mode "si-je-fais-un-pas-de-plus, je-sens-que-je-vais-crever" et c'est là que : "BAM" ! J'ai donné un magistrale coup de tête de la pierre. Si j'avais été en meilleure forme, je l'aurai démoli, ce foutu obstacle sauf que, tout de suite, je suis incapable de bouger un muscle. Ça m'apprendra à revenir d'une mission de deux semaines en hurlant que je veux m'entrainer. Enfin, non, le problème venait plutôt de mon partenaire. Le maître incontesté des lattages de nouvelles recrues, le grand Ayame Sotetsu. Ce taré. Si j'avais pris la peine de regarder qui se trouvait dans la pièce au moment où j'avais cru ne m'adresser qu'aux simples soldats, je crois que je serai partie en courant. Parce que je ne suis pas suicidaire, tout simplement.

Ça fait déjà plusieurs siècles que j'habitais au palais du roi, mais je me souviens encore de mon premier entrainement. Ayame s'en était occupé. Et, bon sang, j'en ai encore mal. D'après ce que je savais, l'homme n'étais pas du genre à suer pour renforcer de simples soldats. Mais visiblement, l'idée de mettre une Princesse au tapis ne lui déplaisait pas. Le sadique. Alors, qu'en j'étais arrivée, souriante et impatiente, pour demander si quelqu'un désirait se battre avec moi, il avait sauté sur l'occasion. Il ne sourit pas souvent, mais là, j'avais eu la nette impression qu'il était sur le point de me sortir un rire machiavélique. Il s'en était mordu les doigts.

J'avais eu le droit aux courbatures, lui au mal de dos. A la fin, alors que nous ruisselions tous deux de sueur, il m'avait décoché un regard polaire et m'avait tourné le dos, tout en m'adressant un "C'est tout pour aujourd'hui" qui m'avait rendu extrêmement fière. J'imagine que j'aurai du me taire, m'incliner devant tant d’élégance. Sauf, qu'il avait fallu que je m'exclame.
    " C'était gentillet ton affaire ! Reviens demain, on verra bien qui est le plus fort ! "

Il ne m'avait même pas adressé un coup d’œil, se contentant de clopiner vers la sortie. C'était vraiment amusant de le voir dans cet état. J'avais beau savoir qu'il s'était retenu -sa fierté l'empêcher peut-être de se battre vraiment contre un jeune fille ?- j'étais aussi heureuse qu'une gamine qui aurait gagné à un jeu de société. Sauf que j'étais redescendue bien vite de mon nuage puéril. Le coup que je viens de donner dans une colonne de marbre m'y a d'ailleurs grandement aidé.

Aller ! A la une, à la deux, à la trois ! Ah, enfin ! J'ai réussi à décoller mon front de la pierre froide ! formidable ! Encore quelques minutes de marche et j’arriverai à ma chambre. Un pied devant l'autre, ça ne devrait pas être bien difficile... Et merde ! Mes mollets ! Je ne me souviens pas avoir eu aussi mal aux jambes depuis quinze ans. Mais, au moins, j'ai une consolation. Ayame doit surement être dans le même état que moi... Et c'est sensé m'aider ? Bravo l'auto-persuasion !

Tiens, ma chambre a une drôle de couleur. Il s'en dégage une aura que je ne connais pas... Du bleu très clair, qui semble se refroidir au fur et à mesure que j'avance. Surement une nouvelle servante. J'ouvre la porte doucement, pour ne pas entendre mes biceps se lamenter, et entre dans la pièce, m’apprêtant à saluer la jeune femme qui s'y trouve. Je n'ai jamais cherché à effrayer les humains à notre service, et je crois que la plupart ont compris que je ne suis pas du genre à jouer à chasse-taupe avec leurs cranes. Je ne les méprise pas. Je peux comprendre qu'il me haïsse, vu que je suis une démone, mais je ne leur en garde aucune rancune. Pourtant, la brune qui me fait face semble terrifiée. Elle s'incline soudain, tandis que son aura devient quasiment blanche. Je la terrifie, ça ne fait aucun doute. Encore une petite qu'on a enlevée à sa famille. Elle se relève, mais je ne peux toujours pas voir ses yeux.
    " Pardonnez-moi... Princesse... "

... " Princesse " ?! C'est moi ou elle vient de m'appeler " Princesse " ? C'est quoi ça ? Tout le palais sait pourtant qu'il ne faut pas m'appeler Princesse ! Mêmes les nouvelles recrues en sont informées, qu'elles soient humaines ou démones. Leurs supérieurs ont fini par en avoir assez de les voir revenir en pleurant et en racontant qu'une folle furieuse aux cheveux bleus les avait menacé de les découper. Du moins, c'est ce que m'a dit Jeff. Donc, c'est impossible que la jeune femme effrayée ne sache pas que le "Hime" était à proscrire en ma présence.

Je referme la porte, de peur que quelqu'un ne sache qu'une invitée clandestine se balade dans les quartiers du roi. Elle aurait fini entre les mains d'Ayame. Et ça, je ne le souhaite à personne. Il fait vraiment peur quand il s'énerve. Même quand il est calme d'ailleurs. Je m'approche 'elle et, avant qu'elle ne puisse réagir, je sors un couteau de ma manche. J'ai toujours un holster attaché à mon bras droit et, comme quoi, ça peut se révéler utile parfois. Je place la lame sous le menton de ma future/potentielle victime et j'attends qu'elle daigne me regarder.
    " Si tu veux rester en vie, dis-moi qui tu es, ou je n'hésiterai pas à te priver de ta tête. "

Et j'ai réussi à dire ça sans paraitre sur le point de défaillir à cause de mes courbatures.

Ayame... Il va me le payer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Street fighteuse~
avatar
this is my name


Messages : 15
Date d'inscription : 11/07/2012
Localisation : Ça te regarde?
MessageSujet: Re: Entrée chez les loups...   Jeu 3 Jan - 2:26

Gloups.
Ce petit, tout petit mot résumait parfaitement la situation.
S'introduire chez les Akumas : gloups.
Se faire démasquer par la princesse la plus flippante du monde : re-gloups.
Sentir le couteau de la-dite princesse sur sa gorge... Alors là, c'était gloups puissance 10.

« Qu'est-ce que j'ai fait pour mériter çaaaaaaa... » chouina mentalement Etsuko. Pour sûr, si elle arrivait à sortir vivante d'ici, elle se souviendrait toujours, avec beaucoup -beauuuuucoup- d'amertume, de ce foutu jour où l'univers, apparemment d'humeur folichonne, avait décider de lui prendre la tête. Et là, l'expression n'était pas à prendre au figuré : l'arme de la princesse était trèèèèès bien affûtée et si la jeune fille avait le malheur de faire un faux mouvement eh bien... disons qu'elle espérait juste que ce serait rapide et pas trop douloureux.
« Raaaaaah ! Pas question ! » Etsuko serra les dents. Non mais elle était tarée de penser à ça maintenant ! Il devait forcément y avoir un moyen de sortir de là sans passer par la case « égorgement du soir », non ? Encore fallait-il le trouver, ce moyen... Mais pour ça, sa maigre intelligence devait se décider à se mettre en marche et très honnêtement... Ça devenait difficile. La jeune femme n'était déjà pas une flèche en temps normal mais avec le stress dû au moment, faire fonctionner son cerveau dans le bon sens devenait quasiment impossible.
Si elle en avait eu l'occasion, la Rebelle se serait frappée. D'abord, elle se ridiculisait auprès de ses supérieurs. Ensuite, elle se faisait bêtement démasquer par l'une des personnes qu'elle essayait à tout prix d'éviter. Et voilà qu'à présent... sa tête risquait de finir détachée de son corps, tout ça à cause d'un foutu document !

" Si tu veux rester en vie, dis-moi qui tu es, ou je n'hésiterai pas à te priver de ta tête. "
" "

Trop, c'en était trop. De toutes façons, la jeune casse-pieds savait qu'elle risquait fortement de mourir ici alors ce n'était pas une petite princesse comme elle qui lui ferait avouer quoi que ce soit, surtout avec une menace aussi basique!
Etsuko releva brusquement la tête, son cou manquant de peu la petite lame, et darda son regard furieux dans celui de l'Akuma. Sous le coup de la colère, sa peur s'était envolée mais la jeune femme gardait dans un coin de son esprit l'idée que défier une princesse Démone n'était pas forcément une bonne solution, surtout si elle voulait au moins fêter ses dix-neuf ans.
Cependant, une fois lancée, la Rebelle ne pouvait ni s'arrêter, ni revenir en arrière, et c'est pourquoi, malgré la petite alarme qui résonnait dans son cerveau, elle décida de passer à l'action sans attendre.

" Je rêve ! "

Dépliant brusquement les genoux, elle profita de son élan pour mettre un coup de tête dans le menton de la princesse et ainsi échapper à la Démone et son poignard. C'était comme une sorte de vengeance mais... Bon Dieu ce que cette fille avait la tête -enfin, le menton- dure ! Enfin, elle n'avait pas le temps de penser à la douleur : il fallait qu'elle sorte d'ici, si possible en ayant trouvé ces scrogneugneu de documents.

Etsuko se rua vers la porte et l'ouvrit d'un violent coup de pied, non sans avoir d'abord jeté un regard haineux à la princesse. Bon ça, c'était fait.
Malgré les élancements dans sa tête, la Rebelle se mit à courir comme une dératée. Il fallait désormais qu'elle trouve un moyen de se tirer de là mais d'abord, il était primordial qu'elle trouve les plans. Il en allait de son honneur !
M'enfin, inutile de se faire des idées, elle n'y arriverait pas aussi facilement. La princesse allait sûrement donner l'alerte et une foule de garde ne tarderait pas à fouiller le palais pour retrouver la petite Rebelle.
Alors que la jeune femme se demandait comment se tirer de ces situation pour le moins merdique, elle remarqua une nouvelle porte, encore plus impressionnante que celle de la chambre de la princesse. Ni une ni deux, elle se jeta sur la poignée qui ,miraculeusement, tourna sans opposer de résistance. Adressant un remerciement silencieux au ciel, Etsuko entra dans la pièce et cette fois, la ferma pour de bon, la clé étant restée sur la porte. « Sûrement un oubli. » pensa-t-elle.

La jeune femme voulait faire vite mais décida de profiter de la petite avance qu'elle avait pour fouiller la suite -car elle venait bien de débarquer dans une luxueuse suite -très heureusement vide- qui appartenait probablement à un Démon haut-placé.
Après quelques minutes de fouilles intensives, elle mit enfin la main sur quelque chose d'intéressant : une lettre de l'empereur, adressée un Démon apparemment resté à Memory City et dans laquelle il mentionnait la fameuse base militaire. Etsuko fourra le papier dans une pochette accrochée à sa taille et décida de continuer à chercher encore.
Elle s’apprêtait donc à se replonger dans la tonne de papier qui trônait sur le bureau lorsque la porte se mit soudain à trembler avant de littéralement s'envoler pour atterrir tout près d'elle

Surprise, la Rebelle sursauta mais se reprit rapidement et sortit un 9mm d'un minuscule holster attaché à sa cuisse.

" Ne bougez pas où je tire... ! " hurla-t-elle sans réussir à voir son ennemi à cause de la poussière.

Elle avait un peu hésité sur la fin. Parce que sa tentative de défense était ridicule et qu'elle avait l'air d'une abrutie.
« … Fuck. »

Si son chef lui collait encore une mission comme celle-là, c'est lui qu'elle shooterait. C'était une promesse.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé,
this is my name


MessageSujet: Re: Entrée chez les loups...   

Revenir en haut Aller en bas
 

Entrée chez les loups...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» rp chez les loups-garoux
» Une jeune fille chez les loups. [pv Cara]
» demande gif entrée
» visite chez le gynéco
» Jean-Bertrand Aristide doit rentrer chez lui !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kureiji Sekai Rpg :: Akuma world :: Palais-