Voici un forum de rpg ou vous entrerez dans un monde fabuleux et mystérieux. Venez donc incarner un personnage qu'il soit ange, démons ou simple civil
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Un assassinat dans les règles... Ou pas. [PV Alisteir]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
•Useless, loveless Akuma•
avatar
this is my name


Messages : 558
Date d'inscription : 25/02/2012
Age : 21
Localisation : Qui sait?
MessageSujet: Un assassinat dans les règles... Ou pas. [PV Alisteir]   Ven 15 Juin - 2:45

"Tchac!"
Le bruit d'un corps tombant sur le sol brisa le silence pesant des rues de Minami Quarter. Maora se pencha au dessus de la silhouette, ses yeux rouges brillant d'une lueur... Démoniaque. Son long poignard bien en main, elle acheva rapidement l'Ange qui agonisait, étouffé par le sang dans sa gorge. C'était un jeune soldat en uniforme, blond aux yeux verts habituellement éclairés d'une lueur de malice mais qui, dans la mort, apparaissaient ternes et inquiétants.
L'Assassin rangea son arme et entreprit de cacher le corps. Cet Ange n'aurait pas dû mourir. S'il avait continué à faire gentiment sa petite ronde quotidienne, s'il n'avait pas levé la tête au moment où Maora sautait d'un toit à l'autre, jamais la démone n'aurait eu à le tuer. Mais la vie était ce qu'elle était et apparemment, l'heure de ce jeune homme était venue. De toute façon, Maora ne croyait pas au hasard: les choses se passaient parce qu'elles devaient se passer, point à la ligne.

La brunette finit d'effacer les traces du meurtres et rabaissa la capuche de son manteau sur son visage. Il faisait encore nuit et, à moins que la malchance ne la frappe encore, personne ne pourrait la voir. C'est donc tranquillement qu'elle remonta sur le toit d'une des maisons de Minami quarter, là où une grande partie des humains survivants résidaient. De son perchoir, la Chasseuse avait une vue d'ensemble sur le quartier, la maison étant située sur une petite colline: de petite bicoques s'entassaient les unes sur les autres de part et d'autre de petites ruelles sales et défoncées. Juste derrière, on pouvait deviner les grandes tours du palais impérial des Anges, d'une blancheur immaculée.
Cette vue provoqua le réveil partiel de la haine de la démone cependant, elle se calma très vite. Elle avait presque atteint son but, inutile de tout faire foirer maintenant.

La petite brune bâilla. Elle avait pisté l'homme pendant près d'un mois, sans résultat. Mais l'avant veille, une femme -très probablement une marchande- était passée par l'endroit où se reposait Maora et avait parlé d'un grand homme aux cheveux noirs et aux yeux dorés. La démone avait attendu la nuit pour aller à la rencontre de la femme: celle-ci avait révélé qu'elle venait de Minami quarter du territoire des Anges. La Chasseuse en avait conclu que l'homme aussi et, après avoir supprimé la femme, s'était mise en route tout de suite. Elle ne savait pas si les informations étaient véridiques mais avait préféré s'y rendre quand même. Connaissant les humains, il était très probable que sa cible soit retournée près des siens.

Enfin bref. À présent, Maora était prête et presque sûre que sa proie passerait par là. Elle se câla contre une étrange petite cheminée. Il n'y avait plus qu'à attendre.
"Tap tap tap..."
La démone se redressa vivement et aperçut une grande silhouette se déplaçant dans la ruelle jouxtant celle où se trouvait la maison. Elle eut le temps d'apercevoir des yeux, dorés et froids, avant que l'homme ne change de rue.
Maora ne perdit pas un instant: elle se laissa tomber silencieusement du toit et se mit à le suivre sans difficulté, un petit sourire psychopathe sur les lèvres. Apparemment, elle ne s'était pas totalement calmée... Tant pis, elle devrait être deux fois plus concentrée.
Sortant l'un de ses fusils, elle le braqua sur l'homme avec un regard un peu fou et murmura "Tu es à moi..." avant de relâcher la gâchette. Malheureusement, ayant du mal à se concentrer, la démone rata sa cible et la balle perdue alla trouer le mur trop fragile d'une petite maison. Avec un grognement, Maora lâcha l'arme à feu pour attraper un poignard et lança à l'homme un regard froid. Sa haine remontait mais cette fois, il ne lui échapperai pas...

_________________
"The only thing I was looking for was the silence. The silence provided by death, or a place where I would had been able to go into hiding in..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
FoR || Capitaine Frapadingue ♪
avatar
this is my name


Messages : 228
Date d'inscription : 05/04/2012
Age : 25
Localisation : Ici et nul part. ~
MessageSujet: Re: Un assassinat dans les règles... Ou pas. [PV Alisteir]   Ven 15 Juin - 21:58

MEETING AGAIN
what are you doing here ?!

La soirée glaciale qui s'annonçait me laissait plutôt perplexe. Une étrange ambiance se levait dans la ruelle où j’entamais les pas, ceux si résonnant machinalement, comme un brouillard qui commencerait à brouiller la vue des passants, laissant une étrange et mystérieuse atmosphère, a glacer le sang de plus d’un. Où allais-je à présent ? Chez moi, me reposer, étant donné que mes dernières nuit s’étaient passées à parlementer avec mes associer, et que l’on n’avait pas fermé l’œil depuis bien longtemps. En ce moment, c’était plutôt rude. Ca s’agitait par ci et par là, et on avait du mal à prévoir les faits et gestes de ces créatures viles qu’étaient les Akuma. Toujours était-il, j’avais grandement besoin de sommeil, et un bon pour récupérer les heures qu’il me manquait. J’étais habitué dans un sens à ce rythme infernal ; mon statut n’était pas de tout repos, j’avais une équipe à gérer, et tout ce qui suivait, ce qui faisait que le repos n’était pas un mot très employé dans mon domaine de « travail » si on pouvait qualifier ce que je faisais comme tel.

L’esprit vidé de toutes pensées, je marchais donc dans une rue froide et sans vie, telle étaient ces chemins tracés dans la ville le soir venu. On voyait très vite le contraste entre le jour et la nuit ici ; tandis que le soleil était hauts dans le ciel, les enfants rigolaient et courraient dans les rues, le marché était agité… Alors que, totale opposition du soir ; pas un chat, des grognements lugubre aux coins des rues et … Des meurtres. La plupart des gens résidents ici y étaient à présent habitués, mettant en garde leur enfant de rentrer dès que le soleil commençait à se tourner vers l’autre face de la terre. Surtout en cette période ou les cadavre de garde et autre personne se retrouvaient a chaque coins de rue, comme si c’étaient tout à fait normal, ce qui bien entendu, ne l’était pas dans un sens, et dans un autre si.

Je passai d’une rue à l’autre, comme si de rien étais. De loin, on pourrait me prendre pour une de ces créatures déchues d’Akuma, pour mes habits sombre et la couleur de mon regard peu commun, et pourtant j’étais bel et bien un humain. Dans un sens il fallait avouer que c’était risible, un humain ressemblant à un Démon… Bref, je ne préfèrerais ne pas penser à cela, sinon je sentais que j’allais complexer de mon apparence.

Alors que je continuais de marcher, je sentis quelque chose d’étrange. Une sorte de pressentiment. Et au moment où je cru entendre un bruit vers une rue adjacente, je tournai la tête et … Une balle alla s’encastrer dans le mur d’une maison juste à côté de moi, me faisant écarquiller les yeux. Automatiquement, ma main alla dégainer mon revolver accroché à ma cuise droite, et je visai une souhaite qui s’avança de plus en plus vers moi. Un assassin ? A cette heure, ce n’était pas très surprenant, mais de là à viser si mal les passants, il y avait de quoi se poser des questions quand même !

Continuant de regarder avec méfiance le tueur qui s’avançait vers moi et que je n’abattais pas pour voir son visage –sait-on jamais-, je finis par apercevoir sa main dégainer une dague, et plus ça allait, plus je pouvais voir le visage du pseudo assassin... Qui s’avérait être quelqu’un que je connaissais.

« Toi... ?! »

Mes yeux s’écarquillèrent sous la surprise. Cette fille... ! C’était celle que j’avais aidé, un jour, alors qu’elle s’était perdue ! Une Démone qui, me paraissait différente, pour je ne sais quelle raison, et pourtant, je …

Mes sourcils se froncèrent tandis que mon regard se mit à se durcir. C'était comme ça finalement ? Elle n'était pas mieux que les autres ?

« Alors finalement tu es comme toutes ces autres créatures avide de sang et de tuerie ?! Moi qui te croyais sortante du lot ... Je m'étais trompé, c'est ça ?! »

Mes poings serrèrent avec rage le revolver entre mes mains. Comment avais-je pu me laisser bercer par l'illusion qu'une de ces créatures vicieuses pouvaient être différentes ?! Je me le demandait encore, et pourtant, je n'y arrivait pas, il n'y avait pas de réponse ; je ne pouvais décrire le pourquoi du comment. Et je me trouvais à présent bien ridicule... Il n'y avait que moi pour avoir de tels espoirs... Mais qu'est-ce qui l’amenait a me tuer au juste ?! Quelle était toute cette histoire ?!

Excuse la médiocrité de mon rp u_u'

_________________

Révolution。
We take Sword of Justice for :

alisteir's theme


Dernière édition par Alisteir Red le Sam 14 Juil - 22:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kuroiirpg.forumgratuit.org/
•Useless, loveless Akuma•
avatar
this is my name


Messages : 558
Date d'inscription : 25/02/2012
Age : 21
Localisation : Qui sait?
MessageSujet: Re: Un assassinat dans les règles... Ou pas. [PV Alisteir]   Sam 16 Juin - 2:13

S'approcher. Viser. Toujours sans bruit... Tirer. Tuer. Telles étaient les premières leçons de l'entraînement d'Assassin. Pas dur à retenir, la difficulté augmentait lors de l'exercice pratique. Car pour pouvoir réaliser comme il se doit l'Assassinat, l'esprit devait être clair et froid, sans haine. C'est pour ça que Maora était la meilleure de tous: son âme était un bloc de glace, jamais aucun sentiment ne venait interférer. Enfin...
Ça c'est ce que tous croyaient. Car en elle, la démone détenait une haine formidable, dévastatrice. Juste que, les trois quart du temps, elle parvenait à la contenir parfaitement, comme un sac étanche. Alors pourquoi certaines fois son esprit se "débloquait"-il? Pourquoi n'arrivait-elle pas à étouffer toute cette colère? Elle même ne le savait pas. C'était plutôt problématique d'ailleurs...

Les mains de la brunette tremblaient et se serraient compulsivement sur le manche du poignard. Tout son être lui hurlait de sauter sur l'homme et de le tuer, de faire couler son sang mais elle essayait de résister, de toutes ses forces. Elle l'avait déjà raté, la situation était critique. Ses maîtres mots étaient discrétion, rapidité et efficacité. Malheureusement, son état l'en empêchait ce soir...
Maora fixa les yeux de l'homme, tendue. Elle l'avait vu attraper son revolver mais ne ressentait aucune peur, essayant de se calmer, de retrouver son état normal. Sensation étrange, elle devinait que l'homme ne l'attaquerait pas de suite. C'est donc petit à petit que la haine reflua et quand sa cible prit la parole, Maora s'était presque complètement retrouvée.
- Toi...?!
La Chasseuse pencha la tête. Braquant son regard redevenu indifférent sur son visage, elle le détailla. À présent, elle le reconnaissait: il l'avait aidée, il y a longtemps, alors qu'elle s'était embrouillée avec sa carte. Étrange comme les événements les avaient réunis.
- Alors finalement tu es comme toutes ces autres créatures avide de sang et de tuerie ?! Moi qui te croyais sortante du lot ... Je m'étais trompé, c'est ça ?!
Maora se contenta de regarder l'homme. Et alors? Pourquoi serait-elle différente des autres? Malgré elle, une part de son esprit haineux encore éveillé lui souffla des paroles étranges.
- Je ne suis pas comme elles... Je suis bien pire.
Ces mots, à peine murmurés, la démone les savait véridiques. Elle était dangereuse, beaucoup plus que bien des Akumas.

L'Assassin observa calmement les réactions de l'homme. Il avait l'air furieux, ses mains se crispaient sur son arme comme celles de la démone un peu plus tôt. Pourquoi? Penser que Maora sortait du lot était ridicule. Elle était un Akumas, une créature faite pour le mal et son métier lui convenait.
Il avait l'air de ne pas savoir ce qu'elle faisait là. Cherchant un instant dans son sac, la Chasseuse en sortir une feuille froissée. Elle darda son regard rouge sang dans celui, tout doré, de l'homme et ouvrit la main. Le contrat alla se poser devant lui, porté par la brise glaciale. Maora estimait que l'homme avait le droit de savoir pourquoi il mourrait ce soir.
Elle lui laissa quelques minutes puis releva brusquement la tête, le poignard bien en main. Ses yeux devinrent deux blocs de glace et elle s'élança, fixant la jugulaire de l'homme. La traque était finie, la mise à mort pouvait à présent commencer.

_________________
"The only thing I was looking for was the silence. The silence provided by death, or a place where I would had been able to go into hiding in..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
FoR || Capitaine Frapadingue ♪
avatar
this is my name


Messages : 228
Date d'inscription : 05/04/2012
Age : 25
Localisation : Ici et nul part. ~
MessageSujet: Re: Un assassinat dans les règles... Ou pas. [PV Alisteir]   Sam 16 Juin - 4:14

'CAUSE YOU'RE DIFFERENT
This is so wierd !


M'avait-elle oublié ? J'en avais bien peur. C'était l'une des seules explications plausibles que je trouvais à présent pour justifier un tel comportement venant de la Démone. En fait, quel que soit la raison, je n’arrivais pas à la haïr ; le peu de temps que j’avais passé avec elle, j’avais presque oublié sa nature démoniaque… Et pourtant, au combien je hais, de tout mon être, ces maudites créatures croyant être au-dessus de tout, se donnant tous les droits qu’ils souhaitaient, jusqu’à se donner droit de vie et de mort sur autrui ! Mais elle, non, je n’y arrivait pas, même si en ce moment même, elle était prête à me trancher la gorge pour faire couler mon sang, ici même, dans cette ruelle.

De ma phrase, elle me répondit quelques instants plus tard tout en plongeant son regard dans le mien ;

« Je ne suis pas comme elles... Je suis bien pire. »

Cette réponse me fit d’autant plus froncer les sourcils. Verrais-je en ce moment même une autre facette de la Démone… ? Je n’en savais vraiment rien, et pour tout avouer, cela m’énervait au plus haut point ; avoir quelque chose qui m’échappait me tapait plus que tout le système. Je refusais, de plus, croire ce qu’elle me disait ! Je l’avais connu autrement, ce n’était pas un rêve tout de même ! Il y avait forcément une raison à tout cela, forcément… Mais bon sang, c’était quoi ?!

« Je sais que tu n'es pas comme ça, Maora. Et toi aussi tu le sais, même si tu ne semble pas être dans ton état normal. »

Et pourtant, qu’est-ce que j’en savais ? Presque rien, je n’avais passé que quelques malheureuses heures avec elle… Et ce temps, aussi court il fut, m’en avait tout de même appris sur cette jeune Akuma, qui était calme et douce. Je ne la pensais pas comment ça, loin de là, et il fallait avouer que pour l’instant, j’étais plus choqué qu’autre chose. Alors que la jeune femme –car son âge devait être beaucoup plus élevé que le mien malgré son physique de petite fille chétive-, alla porter sa main à sa poche, je baissai doucement mon arme, la ramenant vers moi, mon regard suivant le moindre de ses gestes. Elle sortit de son vêtement un bout de papier chiffonné, le déplia, puis le lâcha, le confiant à la brise passagère, qui me transmit le parchemin de papier jaunis jusqu’à mes pied. Mes yeux se posèrent alors sur celui-ci, et je constatai avec effroi que ma tête était ainsi mise à prix sur ce vulgaire bout de feuille en mauvais état. Elle était assassine, donc. Mais pourquoi m’avoir choisi moi en cible ? Croyait-elle que j’allais gentiment me laisser tuer, sans n’y montrer aucune opposition ? Quelque chose m’échappait, quelque chose de très gros…

Alors que Maora s’avança vers moi, sourire aux lèvres, poing serré sur le manche de son poignard, je relevai mon regard et me mit à défier le sien, l’air sûr de moi. A mesure qu’elle avançait, je remontais doucement mon revolver et la visait, mon doigt pressant doucement la détente de l’arme à feu, montrant que j’étais à deux seconde de tirer, mais… Je ne pus me résoudre à faire cela. Mes mains se baissèrent légèrement, puis, se baissèrent tout court, tandis que mon arme tomba au sol. Je sentis une goutte d’eau glacée venir percuter ma joue, puis deux, puis finalement, une pluie douce mais étouffante commença à se déverser sur la ville. Mes poings se desserraient à mesure que Maora s’avançaient dangereusement vers moi, et, ne cessant de regarder de la regarder, je finis par déclarer lors que j’étais à deux doigt de me faire ôter la vie ;

« Tu n'es pas du tout comme ça même. La Maora que j'ai rencontrée ne brandirait jamais son poignard en ma direction, ni même me blesserais. Mais si c'est ce que tu souhaite, va y. »

En disant cela, je savais qu’elle ne le ferait pas, ou du moins j’espérais la secouer rien qu’un peu. Il fallait dire que j’avais agis au feeling, et si elle me tuait réellement, … J’aurais été l’idiot le plus improbable qui soit.


_________________

Révolution。
We take Sword of Justice for :

alisteir's theme


Dernière édition par Alisteir Red le Sam 14 Juil - 22:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kuroiirpg.forumgratuit.org/
•Useless, loveless Akuma•
avatar
this is my name


Messages : 558
Date d'inscription : 25/02/2012
Age : 21
Localisation : Qui sait?
MessageSujet: Re: Un assassinat dans les règles... Ou pas. [PV Alisteir]   Dim 17 Juin - 3:20

'scuse moi, c'est nul mais j'avais pas d'idées... Promis, je ferai mieux la prochaine fois! ><



Comment faisaient ces êtres pour vivre avec toutes ces émotions? La haine, l'amour, la peur, la jalousie... Elles vous embrouillaient l'esprit, vous empêchaient d'y voir clair. À quoi bon ressentir tout ça? Les hommes n'étaient qu'éphémères et passaient leur vie à se tuer ou à s'aimer, guidés par leurs sentiments. Et après? Ils regrettaient leurs actes et mouraient, tout simplement. C'était ridicule.
Voilà pourquoi Maora n'aurait aucun scrupules à tuer cet homme, Alisteir. Lui, comme tous les autres, finirait par mourir alors inutile d'attendre plus longtemps.

La démone ne regardait que le cou d'Alisteir, là où elle allait planter son arme et tout son être tendait vers cette action. Plus que quelques instants et son travail serait fini... Au diable ce Ren, elle était Assassin. Quelques pas, les secondes s'égrenaient à la fois lentement et rapidement. C'était toujours comme ça: Maora était parfaitement consciente des battements de son coeur, de son environnement. Elle était concentrée sur sa cible...
- Je sais que tu n'es pas comme ça, Maora. Et toi aussi tu le sais, même si tu ne semble pas être dans ton état normal.
Si la brunette fut surprise des paroles d'Alisteir, elle n'en montra rien, continuant à courir vers lui. Elle y était. Son bras se leva, ses muscles se contractèrent et son visage devint plus que glacial.
- Tu n'es pas du tout comme ça même. La Maora que j'ai rencontrée ne brandirait jamais son poignard en ma direction, ni même me blesserais. Mais si c'est ce que tu souhaite, va y.
Ces paroles n'eurent pas le moindre effet, contrairement au bruit du revolver tombant dans la terre. Un bruit sourd qui, pourtant, brisa l'élan de la Démone. Elle stoppa net devant l'homme et leva la tête vers son visage. Il était vraiment grand par rapport à elle mais la brunette n'était pas plus impressionnée que ça. Elle se contenta de darder son regard flamboyant dans celui d'Alisteir.

Pourquoi s'était-elle arrêtée? Impossible de répondre. A présent, ils étaient là à se regarder. La pluie tombait à grosse gouttes, trempant les cheveux et les vêtements de Maora mais peut lui importait. Elle tenait toujours son poignard et son visage ne reflétait aucun sentiment. Elle repensait aux paroles de l'homme. Il avait la prétention de croire qu'il la connaissait? Alors qu'ils ne s'étaient rencontrés que quelques heures, ce qui était tellement insignifiant face aux 750 années que Maora avait eut pour se construire...
Plongée dans ses pensées, la jeune femme n'entendit pas tout de suite le "clic" d'un fusil dont on ôtait la sécurité. C'est lorsqu'elle vit le minuscule point rouge se balader sur le bras d'Alisteir que le déclic se fit. Sans prévenir, elle poussa l'homme violemment sur le côté. Moins d'une seconde plus tard, une balle sifflait près d'eux.

Sans paniquer, Maora attrapa son deuxième fusil et, s'aidant de gros bidons, grimpa sur le toit d'une maison minuscule. Elle s'y déplaça agilement et s'accroupit. la visibilité était plus que mauvaise car la pluie avait redoublé de force. Très rapidement, elle attrapa les munitions se trouvant dans l'une des poches de son manteau et se releva. Elle avait l'esprit clair maintenant et se savait capable d'abattre parfaitement l'ennemi qui se dressait devant elle. La Chasseuse se mit à courir brusquement, prenant de l'élan pour sauter d'un toit à l'autre. L'autre Assassin n'était qu'à quelques mètres d'elle.

La Démone le voyait la chercher des yeux. C'était un débutant, un jeune Chasseur encore trop inexpérimenté pour ce genre de chose mais qui avait voulu la défier quand même. Soit.
Lorsqu'elle ne fut plus qu'à cinq mètre du Démon, elle arma son fusil et tira sans état d'âme. Un seul coup fut suffisant pour tuer le petit Assassin. Maora regarda le corps tomber lourdement et revint vers Alisteir, les yeux vides. Si ce jeune Chasseur était arrivé jusque là, cela voulait dire qu'il y en avait d'autre. Beaucoup d'autres. Si elle voulait mener à bien sa mission, elle devrait les éliminer. Ce ne serait pas un problème.
Cependant... Il y avait de fortes chances que l'humain se fasse tuer avant. Maora s'arrêta, debout sur le toit. Pour pouvoir faire ce qu'elle avait à faire, elle devrait d'abord le protéger. Étrange.

Tant pis, elle le ferait. Accélérant, elle arriva près d'Alisteir. Son visage était complètement neutre.
- Debout. Pars, il y en aura d'autre. Je les retiendrai.
Elle n'aurait qu'à les tuer. Ils ne penseraient qu'à assassiner l'humain et cela suffirait à détourner leur attention assez longtemps. Sans plus d'explication, Maora commença à repartir mais ,brusquement, fit volte-face.
- Ne te fais pas d'idées. Je t'aurai après avoir réglé tout ça.
C'était vrai, elle avait l'intention de le tuer juste après. Après tout, elle était là pour ça.


_________________
"The only thing I was looking for was the silence. The silence provided by death, or a place where I would had been able to go into hiding in..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
FoR || Capitaine Frapadingue ♪
avatar
this is my name


Messages : 228
Date d'inscription : 05/04/2012
Age : 25
Localisation : Ici et nul part. ~
MessageSujet: Re: Un assassinat dans les règles... Ou pas. [PV Alisteir]   Dim 17 Juin - 6:23

UNDERSTAND YOU
I can do that...?


Je ne sais pas si c'était mes paroles ou le bruit froid du métal tombant contre le sol à semi trempé, mais la Démone s'arrêta dans son geste, alors que la lame fine et tranchante de son poignard était prête a verser de mon sang. Les goutes d'eau venaient peu à peu trempé la peau, les cheveux et nos habits, tendis que nos regard, enflammé d'une lueur indescriptible continuaient a se défier l'un de l'autre. Le temps était comme figé autour de nous, comme si ce moment aurait été sacré.

Mais tout à coup, Maora me poussa brutalement et j’allai heurté le mur derrière moi de plein fouet, lâchant un gémissement de surprise et de douleur, tendis qu'une balle passa entre nous. Mes yeux s'écarquillèrent, et je vis la Démone partir à toute vitesse sur les toits des maison, tendis que je me redressais difficilement tout en criant ;

« Maora ! »

Alors que je m'apprêtais à la suivre, une balle vint éraflée ma joue, me laissant ainsi une belle trainée rouge et ensanglanter, mon sang perlant lentement le long de ma peau pâle. D'un geste vif, je récupéra mon revolver et fit volte face, visant une ombre dans la ruelle d'en face, m'exécutant de tirer sur le champs. Lorsque j'entendis le bruit de la balle s'encastrer de manière rapide dans le corps de ma cible, et le gémissement de celle ci ainsi que l'affaissement d'un corps neutre sur le sol, je baissa mon arme, lâchant un "merde!" d'agacement. De ce que j'avais compris ou plutôt de ce que je supposait avec ce qui venait de ce passer, les assassins venaient de partout vers ici. Pourquoi tout d'un coup, maintenant ?!

Alors que mon regard se remit à chercher Maora tendis que je reculait et tomba par terre sous un étourdissement soudain du à la fatigue, celle ci revint rapidement, ce qui me fit sursauter. Ce qu'elle pouvait être rapide, c'était vraiment agaçant !

« Debout. Pars, il y en aura d'autre. Je les retiendrai. »

Je me releva rapidement à ses mots, tendis que la Démone se mit à marcher avant de faire d'un coup volte face.

« Ne te fais pas d'idées. Je t'aurai après avoir réglé tout ça. »

Un sourire étira alors mes lèvres. Ne pas me faire d'idée ? Pourtant elle venait de faire quelque chose que ni ses mots si ses actes futurs pourraient changer : Elle m'avait sauver la vie. J'espère qu'elle en prendra conscience, même si ça allait surement la tourmenter. Elle devait me tuer, et pourtant, elle m'avait sauver la vie ; elle aurait très bien pu me laisser me prendre la balle de tout à l'heure et m'achever, puis repartir pour chercher son dû auprès de celui ou celle qui avait dressé cette récompense sur ma tête, et pourtant non... J'étais sûr qu'elle se trouvait des excuse pour se cacher à elle même la vraie raison qu'elle ne "trouvait" pas.

« C'est ce que l'on verra dans ce cas. »

Alors que je me mis à la suivre, j'entendis un bruit étrange de pas qui essayait surement de se faire discret. Mais pas d'un, de deux, ou trois personne... Beaucoup plus. Je fis d'un coup volte face, et voilà qu'une dizaine d'hommes, que dis-je de Démon, se mirent à nous viser de leur fusils et à tirer sur nous une rafale de balle. D’instinct, j'en évita une puis saisit la main de la Démone sans lui donner son avis, me mettant à courir en l’entrainant. Replis, il n'y avait que ça, car nous n'étions que deux, et j'étais au bord de l'épuisement, ce qui ne tournait pas la situation à notre avantage malheureusement. Tendis que les balles fusaient de tout les cotés, je veillait à ce que Maora ne s'en prenne pas. A plusieurs reprises, je du tourner de rue encore et encore, l'entrainant toujours avec moi, tendis que la pluie s'accentua, déversant un torrent d'eau sur nous, accompagné des balles continuant de déferler. C'est d'ailleurs au coin d'une rue, après avoir semer le reste de la troupe d'assassin, que deux s'entre eux nous prirent par surprise, l'un d'eux tirant sur Maora. En voyant cela, je m'élança en sa direction, visant les Démons en même temps de mon arme et les abattants, mais cela me valut de me prendre une balle en plein dans le bras, ce qui m'arracha un gémissement de douleur lorsque je percuta le sol après mon élancé en compagnie de la Démone que je gardais contre moi.

Lâchant la Démone, je me redressa rapidement en grimaçant de douleur, une main sur la blessure saignante. Merde... Les Démons avait de la faciliter à flairer l’odeur de sang humain non? Si c'était ça, on était dans ce sales draps tien ! Relevant ma tête trempée vers la Démone, je lui dit d'un ton précipité et sur de moi;

« Tire toi et vite ! Mon sang va surement les attirer, ce qui fait que je serais un fardeau pour te sauver ! »

Je te laisse te démerder dans cette situation plus que ... super géniale 8D Mouhahahahaha XD


_________________

Révolution。
We take Sword of Justice for :

alisteir's theme


Dernière édition par Alisteir Red le Sam 14 Juil - 22:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kuroiirpg.forumgratuit.org/
•Useless, loveless Akuma•
avatar
this is my name


Messages : 558
Date d'inscription : 25/02/2012
Age : 21
Localisation : Qui sait?
MessageSujet: Re: Un assassinat dans les règles... Ou pas. [PV Alisteir]   Lun 18 Juin - 1:32

Merci, quelle galanterie xD


L'objectif avait changé. Pour l'instant, elle devait éliminer tous les Assassins et dieu seul savait combien il y en avait. Pourtant, comme à son habitude, Maora voyait les choses avec une morne indifférence, complètement insensible à l'atmosphère pesante qui se dégageait des ruelles. La Chasseuse sortit un long sabre d'un fourreau dissimulé dans son dos et caché par son grand vêtement. Il était rare qu'elle en use, préférant ses armes à feu mais la situation l'exigeait: Elle avait laissé l'un de ses fusils plus loin -retourner le chercher serait du suicide- et n'avait plus de balles pour l'autre.
La Démone essaya le tranchant de l'arme sur son doigt puis, satisfaite, allait se remettre en route lorsque la voix d'Alisteir s'éleva.
- C'est ce que l'on verra dans ce cas.
Maora "entendait" son sourire. Elle ne se retourna pas et continua sa route. Normalement, la petite brune n'aurait dû entendre que ses pas, ayant ordonné à Alisteir de s'enfuir mais apparemment, il avait décider de ne pas en tenir compte. C'était vraiment bête de vouloir la suivre, étant donné que, s'ils rencontraient des Assassins, Maora n'avait cette fois aucunement intention de l'aider: si elle lui avait dit de s'enfuir, ce n'était pas pour rien et Alisteir ne devrait s'en prendre qu'à lui-même s'il lui arrivait quelque chose.

Le bruit de leurs pas passait inaperçu grâce au déluge qui s'abattait sur eux. Malgré cela, l'ouïe de la petite Démone capta d'étranges sons: comme si plusieurs personnes cherchaient à passer inaperçu sans y parvenir.
C'est au moment où, mue par un mauvais pressentiment, Maora allait se retourner que la première salve de balle les toucha. La brunette vit sa cible éviter de justesse un projectile. Elle aussi devait réagir.
Au moment où la Chasseuse allait s'élancer, l'homme lui prit la main et détala, l'entrainant dans sa course folle. Prise par surprise, Maora fut obligée de reserrer sa prise sur la main du Rebelle afin de ne pas se casser la figure. Elle n'avait pas peur mais sentait qu'Alisteir fatiguait. Ils devraient bientôt s'arrêter et les Assassins qui étaient à leurs trousses les rattraperaient.
Au bout d'un moment, la course poursuite s'arrêta. Plus de trace des Chasseurs.

Maora restait pourtant sur ses gardes. Étant un Assassin, elle connaissait toutes les ruses, les combines et savait qu'il y en avait cachés pas très loin d'eux.
Si la jeune femme avait été seule, elle aurait probablement remarqué à l'avance les deux ennemis embusqués sur les toits des maisons de la ruelle. Mais, troublée à la fois par son comportement et celui d'Alisteir même si jamais elle ne le montrerait, sa concentration vacillait, aussi fut-elle surprise par les balles venant vers elle.
Maora allait tenter de les éviter lorsqu'elle vit Alisteir s'élancer devant elle, leurs mains toujours aggripées. Décidemment, tout était bizarre ce soir. L'homme tua les Assassins mais se fit toucher au bras par une balle perdue. Tout deux roulèrent dans la boue, Maora recroquevillée contre Alisteir afin de limiter les impacts. Elle l'entendit gémir, il était certainement tombé sur sa blessure. Peu après, il la lâcha enfin afin de pouvoir se mettre debout tout en protégeant la plaie sur son bras et la brunette en fit de même.
- Tire toi et vite ! Mon sang va surement les attirer, ce qui fait que je serais un fardeau pour te sauver !
Maora le regarda plus que froidement. Quiconque l'aurait vue aurait directement décelé dans ses yeux tout le mépris que lui inspirait cette phrase. Car s'il y avait bien deux choses auxquelles réagissait la Démone, c'était la haine et le mépris. Et Alisteir venait donc de déclencher cela.
- Certes, ton sang empeste à des kilomètres à la ronde mais inutile de t'en faire. Ils sont déjà là.
Afin de prouver à celui qu'elle devait tuer la véracité de ses paroles, elle s'écarta légèrement. Devant eux se trouvaient désormais le reste de leurs ennemis, soit exactement douze Chasseurs qui les fixaient sans ciller.

Maora ferma les yeux un instant. Clair, froid, sans pitié... Elle souleva les paupières. Ses pupilles s'étaient réduites à deux têtes d'épingle. Elle tourna brièvement la tête vers Alisteir, lui faisant signe de ne pas bouger puis brandit son sabre. Ce fut le signal qu'attendaient les Démons. Ils s'élancèrent vers la petite Chasseuse, délaissant leurs revolvers et fusils. Grave erreur.
Le premier Assassin n'eut pas le temps de lancer son poignard, Maora l'avait déjà transpercé. Le deuxième connut le même sort. La jeune femme était seule contre ces Démons assoiffés de sang mais luttait presque avec indifférence, pas impressionnée le moins du monde. En 750 ans, elle avait connu pire.
Cependant, au sixième ennemi, son bras défaillit brusquement, lui faisant lâcher son sabre: elle ne s'était pas rendu compte qu'elle avait été blessée pendant la course pour échapper aux Assassins. Réagissant au quart de tour, elle se jeta sur le dos et donna un grand coup de pied dans l'arme de son ennemi. Celui-ci, ne s'y attendant pas, ne vit pas le deuxième coup, d'une force inouïe, qui le propulsa contre un mur.
Maora repris son sabre, la douleur étant passée, et finit de nettoyer le terrain. Elle tua le dernier Assassin en le regardant dans les yeux, répondant à son défi. Lorsqu'enfin le corps s'affaissa, la Démone se retourna brusquement, à la recherche de quelque ennemi qui lui aurait échappé.

Après une dizaine de minutes d'attente, la Chasseuse estima que le danger était passé et revint vers Alisteir. Elle l'observa longuement sans rien dire, indécise pour la première fois de sa vie. Finalement, elle leva son sabre et le laissa tomber à peine à quelques millimètres de la main de l'homme. Elle s'agenouilla ensuite, toujours muette, et déchira un morceau de son grand t-shirt noir afin d'en faire un bandage qu'elle serra sur la blessure d'Alisteir, qui saignait toujours. Puis enfin, elle s'assit. Comme ça, tout simplement.
- Pourquoi...?souffla la brunette, autant pour elle-même que pour l'homme devant elle.
Vraiment, elle ne comprenait pas. Elle devait tuer le Rebelle, on lui avait confié ce travail. Alors comment se faisait-il que quoi qu'elle fasse, elle n'y arrivait pas?

_________________
"The only thing I was looking for was the silence. The silence provided by death, or a place where I would had been able to go into hiding in..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
FoR || Capitaine Frapadingue ♪
avatar
this is my name


Messages : 228
Date d'inscription : 05/04/2012
Age : 25
Localisation : Ici et nul part. ~
MessageSujet: Re: Un assassinat dans les règles... Ou pas. [PV Alisteir]   Mar 19 Juin - 3:12

PROTECT ME
you are not obliged, but...


Maora ne semblait pas avoir très bien pris ma phrase précédente, vu comment elle me regardait. Et pourtant, ça l'aurait peut-être arrangée que je me fasse tuer par ces chasseur enflammés, mais non. elle me répondit d'un ton sec et froid, me faisant hausser un sourcil;

« Certes, ton sang empeste à des kilomètres à la ronde mais inutile de t'en faire. Ils sont déjà là. »

Bon, c'est vrai, je devais avouer, elle avait raison. Qu'elle fuit maintenant ou plus tard, cela ne changerais rien à présent ; Elle s'écarta brièvement et je pu apercevoir douze assassin, nous fixant de leur regard rouge ou d'autre couleur, restant pour moi infecte. C'était ce genre de personne que je voulais éradiquer de la terre, même si je ne cherchais pas le bain de sang. Or une guerre implique toujours des sacrifices ce qui me chagrinais au fond. Cruel choix qui n'avait plus lieu à présent, j'avais déjà toute les clés en main, et mes compagnons attendait mon autorisation pour frapper. Toujours était-il, ce n'était pas le moment de réfléchir à cela. Mon regard se releva vers le visage de la jeune femme, et, la voyant fermer puis rouvrir les yeux, avant de faire volte face, je continua de l'observer. Me faisant signe de ne pas bouger, ce qui m'énerva légèrement -j'étais quand même capable de me battre, merde!-, j'obéis toutefois sans vraiment en faire part, observant calmement ce qui se passais.

Le massacre que fit la jeune femme me fit écarquiller légèrement les yeux. Je ne m’attendais pas à ce qu'elle soit aussi agile. Ça faisait presque peur à voir, d'ailleurs. Se dire qu'un si petit être pouvait faire tant de "dégât", on ne s'en fierait pas sur les apparences. Lorsque Maora eu fini de tuer tout les ennemis, elle attendit quelques minutes de plus pour être sûre qu'il n'y en ai pas d'autre. Elle avait tout pour elle en combat, attentive, calme, froide, et discrète. Autrement dit, c'était un adversaire redoutable. Mais toutefois, elle semblait s'être fait touché, comme j'avais pu voir tantôt à cause d'un moment de faiblesse de sa part.

Elle revint alors vers moi, me fixant de ses grand yeux rouge et profond. Je ne pu faire autre chose que la regarder aussi. Alors que son arme montait légèrement vers le haut, je continuait de la regarder faire, mais je savais pertinemment qu'elle ne me ferais rien. Et d'ailleurs, elle laissa son arme tomber à terre, non loin de moi. Comme si je ne pouvais décrocher mon regard de Maora, je continuais de l'observer calmement, haletant de temps en temps sous le coup de la fatigue et de ma perte de sang, qui me tournait un peu la tête, en plus de la fatigue qui n’arrangeait rien. Déchirant un bout de son long haut noir, la Démone alla bander ma plaie, ce qui me surpris énormément. Elle m'avais sauver la vie deux fois, et là, elle me soignait en plus ?

« Pourquoi...? »

Elle avait soufflé le mot d'une manière discrète, sans plus. Le destinataire en restait flou d'ailleurs, mais étant le seul ici à part elle, je pris la peine de répondre tendis que mon regard alla vagabonder ailleurs.

« Je... Je ne sais pas. »

Elle parlait sans aucun doute du fait qu'elle n'arrivait pas à me faire taire de sa propre lame. C'était étrange, tout aussi étrange que le fait que je n'arrivais pas à lui tirer dessus ou braquer une arme sur elle. Qu'est-ce qui pouvait bien faire ça ? Si ni elle, ni moi en avait l'idée, j'étais totalement dépassé. Alors que mon regard se tourna de nouveau vers elle, je sentit mon bras me faire mal. La balle y était incrustée, et j'en souffrais le martyr. Il fallait que je me fasse soigner sous peine de m'infecter et ... Bref, la suite on s'en doute.

« Il faut bouger. On ne va pas rester ici, sagement assis, a une heure du matin. On va aller chez moi. Tu es blessée de plus, toi aussi, donc ne compte pas sur moi pour te laisser partir dans cet état... »

Ça c'était clair et net. Je n'allais pas la laisser à la rue alors qu'elle était blessée. Je me releva alors grâce au mur de la ruelle, difficilement, puis une fois cela fait, je tourna mon regard vers la jeune femme. Je luis tendis ma main pour qu'elle se relève, et une fois cela fait, je me mis à marcher en reprenant la route de mon logis. Au bout de 15 bonnes minutes de marche sous la pluie, qui d'ailleurs s'estompa lorsque j’atteignis la zone de mon habitat -ironique, non?-, je sortit une clé de la poche intérieure de ma veste et je déverrouilla la porte de la maison, avant d'y rentrer. Je laissa la Démone pénétrer dans ma demeure avant de refermer la porte à double tour ; rien n'était trop niveau sécurité ici. Une fois cela fait, je me dirigea directement vers la salle de bain, laissant Maora là où elle était, pour m'en aller quérir de quoi nous soigner. De mon bras fonctionnel, je saisi une trousse de soins, puis je revins au salon, où la Démone se trouvait, avant de poser ce qui nous soignerais sur la table au milieux de la pièce.

« Fais comme chez toi. » dis-je tout en ouvrant la boite de soin d'une main.

Une fois cela fais, j’observa un temps le matériel.

« Il y a de quoi soigner ta plaie, sert toi. »

Après avoir prononcer cette phrase, j’enleva mon long manteau et le balança sur le canapé, avant de déboutonner ma chemise puis de l'enlever, ayant pris soins d'enlever le "bandage' fait par le bout de haut noir de Maora. Je déposa la chemise et le reste aussi sur le canapé, puis je me ré avança un peu vers la table. Je saisit du coton épais et un flacon de désinfectant, puis mouillant la matière blanche, saine et immaculée, je la déposa ensuite sur ma plaie au bras ce qui m'arracha un gémissement de douleur. Une brulure horrible vint me tirailler membre, et je du serrer mon poings valide pour endurer la souffrance dans le plus de silence possible. Une fois cela fait, je déposa le coton et m'assis à une chaise avant de saisir la pince posé à coté de la trousse. J'allais trinquer... Mais j'avais peur de rater et de toucher un muscle ou un nerfs. Aussi, relevant mon regard doré vers celui de Maora, je lui dit d'un ton gêné, car je ne comptait pas vraiment devoir lui redemander son aide. Et cela m'énervait au fond...

« Est-ce que... Tu veux bien m'enlever la balle, s'il te plais ? »

_________________

Révolution。
We take Sword of Justice for :

alisteir's theme


Dernière édition par Alisteir Red le Sam 14 Juil - 22:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kuroiirpg.forumgratuit.org/
•Useless, loveless Akuma•
avatar
this is my name


Messages : 558
Date d'inscription : 25/02/2012
Age : 21
Localisation : Qui sait?
MessageSujet: Re: Un assassinat dans les règles... Ou pas. [PV Alisteir]   Mer 20 Juin - 0:23

Toute cette histoire dépassait l'entendement de Maora. Pourtant, en 750 ans, elle avait eut le temps de comprendre beaucoup de choses, d'apprendre, de peaufiner... Et voilà que cet humain la laissait perplexe. Enfin, ce n'était pas vraiment Alisteir mais plutôt l'attitude qu'elle avait avec lui. C'était quand même le comble pour un Assassin de ne pas réussir à tuer sa cible. Et encore. Le pire c'était qu'elle n'en avait pas envie.
Bref, la Démone était complètement perdue. Elle avait le regard vide et ses épaules s'affaissaient légèrement. Assise par terre, elle ne remarquait même plus la pluie qui était en train de la faire geler. Une seule question lui tournait dans la tête et c'était ce "Pourquoi?" qu'elle avait murmuré un instant plus tôt.
- Je... Je ne sais pas.
Maora cligna des yeux et reporta son attention sur l'homme à côté d'elle. Donc lui non plus ne comprenait pas... Ils n'étaient pas près de s'en sortir. Surtout que, d'après les sources de la jeune femme, Alisteir détestait les Anges et les Démons... Et il n'avait pas tenté une seule fois de l'éliminer.
- Il faut bouger. On ne va pas rester ici, sagement assis, a une heure du matin. On va aller chez moi. Tu es blessée de plus, toi aussi, donc ne compte pas sur moi pour te laisser partir dans cet état...
La Chasseuse le fixa avec des yeux hagards. Il avait l'air de souffrir. Soudain, les paroles de l'homme firent tilt dans l'esprit de Maora. Il était prêt à accueillir un Akuma chez lui? Qui plus est, un Akuma qui avait essayé de le tuer? Alors soit il était maso et suicidaire, soit il avait l'intention de la tuer ensuite.

Mais la brunette savait qu'il n'en était rien. Aussi accepta-t-elle la main qu'Alisteir lui tendit. Elle se releva rapidement et une vive douleur se réveilla dans son bras droit. Sa blessure était plus grave que ce qu'elle pensait...
Ils se remirent à marcher sous la pluie qui n'en finissait plus. Au bout d'un quart d'heure environ, Alisteir s'arrêta devant une maison avant d'en déverrouiller la porte et d'y entrer. Maora le suivit à l'intérieur sans rien dire mais resta plantée dans l'entrée.
Elle l'observa alors qu'il allait chercher quelque chose dans une autre pièce. Vraiment, les humains étaient des créatures fragiles... Alisteir souffrait beaucoup, cela se voyait sur son visage. Il revint rapidement avec une trousse de soin qu'il posa sur la table. Les deux jeunes gens fixèrent un temps les pansements et produits.
- Il y a de quoi soigner ta plaie, sert toi.
Maora releva les yeux. Sa plaie? Elle déchira la manche droite de son manteau -tant pis, elle en rachèterait un- qui était trempé à la fois par la pluie et par son sang ainsi que celui de ses ennemis. Son bras apparut, mutilé: une grande estafilade due à un coup de couteau mais surtout, deux balles encastrées l'une a coté de l'autre dans sa chair. Elle ne les avait même pas senties celles-là. D'ailleurs, si elle ne faisait pas de mouvements brusques, elle n'avait pas mal, comme si tout était normal.

Absorbée par l'observation de ses blessures, la Démone n'avait pas fait cas d'Alisteir. C'est lorsque la voix de l'homme s'éleva qu'elle reporta son attention vers lui.
- Est-ce que... Tu veux bien m'enlever la balle, s'il te plaît ?
Maora le fixa. C'est vrai qu'il s'était fait touché lui aussi... Le projectile devait s'être enfoncé plutôt profondément. La Démone s'approcha, toujours muette. Elle enleva son manteau et le posa sur la table avant d'attraper la pince que lui tendait Alisteir. Il avait l'air gêné et en colère de lui demander son aide, c'était compréhensible en un sens.
La jeune femme avait l'habitude de ce genre de blessures. Ça lui était arrivé plein de fois de se recevoir des balles. L'une d'elle avait d'ailleurs laissé une cicatrice sur ses côtes mais c'était une autre histoire.

Maora bloqua l'épaule du blessé afin d'éviter tout mouvement malheureux: son objectif était de le soigner, pas de l'estropier. Elle prit ensuite d'autorité le coton imbibé de désinfectant et le passa sur la pince. Enfin, elle se mit au travail.
Concentrée afin d'éviter trop de douleur à Alisteir, un petit bout de sa langue dépassait d'entre ses lèvres -réflexe humain qui était resté malgré les années.
La Démone réussit enfin à retirer le projectile et le jeta. Il fallait maintenant qu'elle empêche la blessure de s'infecter. Attrapant des bandages, elle déposa du produit désinfectant dessus et applica le tout sur la blessure. L'homme allait très probablement avoir mal mais là, elle n'y pouvait rien. Maora fit en sorte de bien serrer le pansement et se recula. Maintenant... À son tour.
La Chasseuse nettoya le matériel et se soigna rapidement, la douleur lui important peu. De toutes façons, son bras était engourdi et elle ne sentait pratiquement rien, elle pût donc retirer les balles sans problème. Elle s'activait sans vraiment s'en rendre compte, complètement renfermée en elle-même. Ses gestes étaient mécaniques et précis: elle avait dû apprendre très vite à se soigner seule car, lors des missions, personne ne pouvait l'aider. C'était même le contraire d'ailleurs: tous les Assassins qui visaient le même contrat voudraient l'achever, au moins ça leur ferait une rivale en moins et un peu d'argent supplémentaire.

Cette pensée en amena une autre et la démone releva vivement la tête. Elle termina de ranger tout le matériel médical et le posa sur la table avant de fixer Alisteir droit dans les yeux. Son visage était toujours aussi neutre mais elle réfléchissait comme une folle. Elle avait certes éliminé les Assassins qui étaient venus ce soir... Mais tant qu'Alisteir ne serait pas mort, le contrat resterait d'actualité et pire encore, la somme proposée pour la mort du Rebelle augmenterait au fil du temps, appâtant de plus en plus de Chasseurs qui risquaient d'ailleurs de très vite se manifester.
Le regard de la jeune femme se fit de plus en plus inquiétant, sans qu'elle s'en rende compte. Non pas qu'elle menace Alisteir mais la perspective de se battre encore éveillait son autre elle-même.
Au bout d'un moment, elle secoua légèrement la tête et son visage reprit cette expression indifférente qu'il arborait habituellement.

Maora réfléchit encore un peu et soupira -chose exceptionnellement rare.
- Il va falloir te cacher...
Elle ne lui donnerait pas d'explication, ou en tout cas, pas maintenant, ils manquaient de temps et puis Alisteir était assez futé pour comprendre tout seul. Par contre... Le seul problème était de trouver la bonne cachette.
La brunette secoua un peu la tête. Décidément, ils n'étaient pas sortis de l'auberge.

_________________
"The only thing I was looking for was the silence. The silence provided by death, or a place where I would had been able to go into hiding in..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
FoR || Capitaine Frapadingue ♪
avatar
this is my name


Messages : 228
Date d'inscription : 05/04/2012
Age : 25
Localisation : Ici et nul part. ~
MessageSujet: Re: Un assassinat dans les règles... Ou pas. [PV Alisteir]   Mar 30 Avr - 22:37

I CAN'T...
... run away of you ~


Il est vrai que je détestais demander de l'aide aux gens, mon "égaux" en prenait parfois un coup. Encore si la personne était un humain et ami, ça allait, mais... Si je demandais l'aide d'un démon ; c'en était absolument et totalement différent. Mais malgré la nature de Maora, je ne pouvais plus vraiment la considérer comme "Démon". Comme si elle avait monté un échelon. Je la considérais juste comme... "Maora", tout simplement. J'avais péter un câble, si ça se trouve... Jamais je n'aurais penser avoir un tel jugement d'une de ces horribles et épouvantables créatures qu'étaient les Akuma. La fatigue, peut-être... Avec une bonne nuit de sommeil, je suis certain que cela passerais et que je retrouverais raison !

Je ne savais pas si elle dirait oui -après tout ça faisais beaucoup de sauvetage d'un coup pour elle je pense-, mais elle n'hésita pas une seule seconde ce qui me surpris, de nouveau. Elle semblait sans hésitation dans le moindre de ses gestes et n’eut aucun mal a retirer l’odieuse balle de plomb qui avait déchiré mes tissus musculaire de manière plutôt barbare, je devais l'avouer. D'ailleurs, je dû me mordre discrètement la lèvre inférieure pour ne pas gémir trop fort et ainsi ne pas montrer de signe de faiblesse. Ça allait encore, la balle n'était pas logée dans un endroit trop sensible, et donc la douleur était minime comparé au fameux et très apprécié de tous les produits de soin, j'ai nommé : le désinfectant. Lorsque le coton imbibé du liquide vint au contact de ma plaie, un sursaut s’empara de tout mon corps, tendis que les traits de mon visage se crispèrent.La douleur me lacérait les nerfs, et je sentais ma plaie à vif brûler, comme si on y avait mit le feu. Rien de plus horrible, je vous le jure. Mais une fois que tout s'évanoui, je me sentais beaucoup plus léger. Maora vint entourer ma plaie d'un bandage propre, et serra ensuite le nœud. J'étais guéris, mais pas la démone.

Mon regard s’attarda donc sur la jeune femme qui était en train de se soigner elle-même. Comment faisait-elle ça ? C’était dingue. Ses gestes semblaient automatiques… J’avais l’impression de regarder faire un robot en fait. Comme si sous cette peau et ce joli minois se cachet des circuits électriques. Il est vrai que les Akuma étaient d’étranges créatures, mais pas de là à être des robots. J’optais donc pour penser que cela s’agissait d’une pseudo habitude qu’elle avait du avoir à force de se soigne elle-même. Elle vivait seule ? Décidément, il y avait beaucoup de monde comme ça. Quoique, je ne devrais pas m’étonner pour si peu ; c’était un démon, pas une humaine. J’avais du mal à avaler la pilule à force, d’ailleurs… Il me semblait qu’elle avait un certain fond, qui la rendait un peu plus « normale » que je ne le pensais. Rien que pour le fait qu’elle m’a soigné sans broncher. En plus, elle ne m’avait même pas charcuté, miracle.

Bordel, reprend toi Alisteir ! Depuis quand t’es si compréhensif envers ces saloperies ?! Si je le pouvais, je me serais administré une baffe depuis bien longtemps.

Mon attention se reporta tout à coup sur la démone. Elle me fixait de ses grands yeux rouges, et je fis donc de même des miens. Elle me semblait, à nouveau, un peu plus différente que précédemment. L’expression de ses yeux… Je semblais y voir une demi-seconde de l’interrogation, ou bien, non. En fait, je ne pouvais pas décrire. Juste que je sentis une sueur froide dans mon dos, en faisant face à une telle expression. D’ailleurs, sans que je ne le fasse librement, mes sourcils se froncèrent d’eux même. Elle comptait continuer longtemps à me fixer sans rien dire ? Ca me stressait. J’étais presque prêt à prendre la parole quant elle le fit à ma place, reprenant au passage son pseudo air glacial qu’elle avait toujours eue.

« Il va falloir te cacher... »

Mes yeux s’ouvrirent en grand. Ce n’était pas le fait de devoir se cacher qui me surprenait comme ça, non ; c’était surtout le fait que la Démone me dise quelque chose comme ça… Comme si elle s’inquiétait pour moi ? Je veux dire, enfin… C’était plus qu’étrange. Elle semblait finalement décidée à ne pas me tuer.

« Es-tu sûre de toi ? »

Mon regard se planta dans le sien, et se sentit ma raison flamber. Depuis toujours, je cherchais la justice, quelque chose qui fasse que je puisse rendre ce monde équilibré et parfais. Comment puis-je réussir cela alors que moi-même je me posais des battons dans les roues ? Ou plutôt, quand j’en posais dans celle des autres.

« Tu es censé me tuer. Que dirons les tien en voyant que tu m'as sauvé ? Que vas-tu faire, de ton coté ? Je refuse de partir en te laissant en plan comme ça. »

Je sentais mon cœur brûler de cette soif de justice, encore et toujours. Je n’avais jamais pu m’empêcher de chercher les justes milieux des situations, même si ma vie en dépendait… mais là, je ne pouvais me résoudre à laisser sur ses épaules tout le poids de cette affaire.

_________________

Révolution。
We take Sword of Justice for :

alisteir's theme


Dernière édition par Alisteir Red le Mer 13 Nov - 19:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kuroiirpg.forumgratuit.org/
•Useless, loveless Akuma•
avatar
this is my name


Messages : 558
Date d'inscription : 25/02/2012
Age : 21
Localisation : Qui sait?
MessageSujet: Re: Un assassinat dans les règles... Ou pas. [PV Alisteir]   Ven 10 Mai - 3:22

Désolée, c'est très nul mais là, l'inspi' et moi ça fait quatre u_u' Bref, si ma réponse te bloque, dis le moi, je changerai~
« Es-tu sûre de toi ? »

Maora reprit contact avec la réalité. Alisteir la regardait également et semblait légèrement... mal à l'aise ? Quoique, la démone pouvait comprendre : elle le fixait depuis déjà un bon moment et en général, les humains -et même les démons et les anges d'ailleurs- s'agitaient lorsque l'intensité de son regard carmin devenait trop forte. Dire qu'elle ne le faisait même pas exprès.
Étonnamment, l'homme la regardait quand même dans les yeux mais Maora choisit de détourner le regard et se mit à réfléchir à la question. Ça aurait été plutôt à elle de demander ça. Après tout, elle avait traqué le Rebelle pendant près d'un mois et connaissait jusqu'à ses goût en matière de café. Il était donc normal qu'elle sache qu'il haïssait les... créatures comme elle. Pourtant il acceptait son aide. Enfin, d'après ce que la démone en avait compris.

« Tu es censée me tuer. Que dirons les tiens en voyant que tu m'as sauvé ? Que vas-tu faire, de ton coté ? Je refuse de partir en te laissant en plan comme ça. »

La démone tourna une nouvelle fois la tête vers lui et scruta son visage pendant quelques secondes avant de se diriger vers le fusil qu'elle avait abandonné sur la table, ignorant ainsi royalement le Rebelle et sa question.
Merci, elle était au courant qu'elle devait le tuer. Mais la suite ne le regardait pas. Après tout, qu'est-ce que le fait que Maora soit blessée ou même tuée par d'autres démons changerait dans sa vie ? Et de toutes façons, la démone savait qu'elle ne risquait presque rien : les gens n'étaient pas fous au point de l'affronter ou pire, de la menacer. Les Chasseurs qui les avaient attaqués un peu plus tôt n'auraient rien tenté s'ils avaient mieux identifié leur adversaire.

Tandis qu'elle fouillait les poches de son manteau déchiré dans l'espoir de trouver quelques balles rescapées pour son fusil, Maora continuait de songer aux dernières paroles d'Alisteir. Il était drôle lui. « Je refuse de partir en te laissant en plan comme ça ». Et qu'est-ce qu'il comptait faire exactement ? Et puis de toutes les façons, elle était obligée de l'accompagner, du moins pour le moment. Maintenant qu'elle avait pris la décision de le protéger et de l'aider -puisqu'apparemment, elle ne pouvait faire que ça-, elle irait jusqu'au bout. Pas question de laisser les autres Chasseurs lui tomber dessus. Et surtout, il fallait faire quelque chose pour qu'Ayame ne soit jamais au courant du fait que la cible principale de l'armée soit encore vivante.

« ...le faire disparaître... pas de traces... combien de temps... ? »

La démone venait juste de s’apercevoir qu'elle marmonnait d'une voix plate et sans émotion ce qui, elle devait bien l'avouer, devait lui donner un air encore plus louche et psychopathe que d'habitude. Autant éviter de faire ça.
Fermant la bouche, elle arrêta de gigoter : cinq balles reposait dans sa paume ouverte. Ce n'était pas grand chose mais bon, elle avait déjà assuré plus d'une situation mortelle avec moins que ça.
Alors qu'elle allait charger son fusil, la petite Chasseuse se figea une nouvelle fois. Une sorte de sixième sens lui disait que quelque chose de puissant approchait. Non, pas quelque chose. Quelqu'un. Et plusieurs "quelqu'un" même.

Maora réagit au quart de tour : elle fourra quelques produits de secours dans son sac en bandoulière qu'elle ne quittait pratiquement jamais lorsqu'elle travaillait, attrapa son fusil et tourna la tête vers Alisteir, à qui elle n'avait plus adressé la parole depuis un moment. Il fallait qu'ils partent d'ici, et vite.
Alors qu'elle allait attraper le poignet du Rebelle, sa main hésita un millième de secondes, durant lesquelles la démone se demanda de nouveau pourquoi elle agissait comme ça. C'était une chose que d'avoir choisi d'aider celui qu'elle devait initialement tuer, c'en était une autre de comprendre les raison qui la poussaient à vouloir sauver un homme à abattre, humain de surcroît.
Finalement, elle mit ses doutes de côté et referma sa main sur celle du Rebelle, qu'elle entraîna en courant hors de la maison, sans prendre le temps de lui expliquer ce qu'il se passait.

Pendant un moment, elle continua à courir, sans même s'arrêter pour vérifier l'état était l'Humain. Elle n'avait qu'une chose en tête: fuir. Car ce qui arrivait sur eux était peut-être bien pire que les Chasseurs auxquels ils avaient eu à faire.
Mais enfin bon, ils n'allaient pas passer leur temps à courir comme des dératés, surtout qu'ils étaient presque arrivés à ce que Maora appelait le "point de passage": une sorte de frontière à l'intérieur même du territoire, que même l'armée des anges ne franchissait jamais parce qu'elle était trop près de Memory City.
Elle se tourna vers Alisteir sans lui lâcher la main. Elle n'avait pas envie qu'il s'enfuie et qu'il fasse tout capoter, bien qu'elle ne voyait pas de raison pour qu'il décide tout d'un coup de repartir dans le sens inverse.

« On y est bientôt. Quand on sera arrivés...»

Le canon d'une arme à feu enfoncé dans son dos lui coupa la parole. Elle se retourna doucement pour se retrouver face à une dizaine d'ange.
La démone sentit la haine flamboyer et, attrapant son fusil, elle le pointa avec un sourire inquiétant vers le soldat qui la menaçait. Elle avait été imprudente de s'arrêter si tôt avant la frontière mais tout ça allait se régler très vite.

Elle lâcha la main d'Alisteir et lui tendit son katana puisqu'elle ne savait pas s'il avait encore ses propres armes.
Avec un peu de chance, ils s'en sortiraient à peu près entier, qui sait~

_________________
"The only thing I was looking for was the silence. The silence provided by death, or a place where I would had been able to go into hiding in..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé,
this is my name


MessageSujet: Re: Un assassinat dans les règles... Ou pas. [PV Alisteir]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Un assassinat dans les règles... Ou pas. [PV Alisteir]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Cendres et ossements, un assassinat dans les règles (Phorao)
» « Il y a un certain plaisir à ne pas faire les choses dans les règles » Lou
» Un assassinat dans les bois du Nivot par Hervé Guirriec
» Règles de recrutement
» Mordheim : une adaptation avec les règles de Necromunda.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kureiji Sekai Rpg :: Angel World :: Minami Quarter-